rokettube porno porno izle Every country has it's hd porn videos. For example, free french porn, german videos. You can find every kind of hd porn on redhub.co
  • T2M Pirate 8.6 E Brushless

    essai t2m pirate 8.6e brushless 1/8 4wd réf : t4792 distribué par t2m à faulquemont
    T2M Pirate 8.6 E Brushless
    tt 1/8 : t2mpirate8.6e, t2mt4792, pirate8.6ebrushless,

    Chez T2M, le Pirate 8.6e est une auto qui se décline désormais à toutes les sauces. Après avoir découvert ce buggy il y a trois ans dans sa déclinaison thermique, le fabricant a remodelé celui-ci dans une version brushless rafraîchie à plus d'un titre.

    Présentation
    Prenez une voiture de compétition (thermique), équipez-la d’entrée de jeu d’un bon équipement. Ajoutez-y une pincée d’innovation en convertissant le tout en une version brushless, et vous obtenez ce qui ressemblerait de près ou de loin à un Pirate 8.6e brushless ! Que l’on ne s’y méprenne pas cependant, le Pirate 8.6e brushless diffère quand même quelque peu de l’auto que vous pourrez ou que vous avez pu précédemment découvrir dans sa version thermique. Et pour cause, puisque cette auto est désormais livrée avec un moteur électrique et un contrôleur brushless, en plus de recevoir des trains roulants complètement assembés. L'auto est livrée sans accus et sans chargeur. Elle pourra être alimentée au choix par deux accus Li-Po 2S de 7,4 v placés en série ou par un accu Li-Po de 14,8 volts. Les packs venant s'immobiliser dans des emplacements prévus à cet effet de chaque côté du châssis. En nouveauté, le Pirate 8.6e inaugure aussi un nouvel émetteur à volant en 2,4 Ghz. Plus moderne, encore plus léger, celui-ci propose toujours quelques réglages facilement accessibles et reste à équiper de 4 piles ou d'accus. La partie électronique a également été revue. Elle comprend désormais un servo FG 2314MG à pignons métal qui fournit un couple de 9 kilos aux roues et dont la vitesse de rotation s'établit à 0,12 sec sur 60 degrés. La voiture différant aussi de la version thermique par certains aspects mécaniques dont nous allons à présent dresser la liste exhaustive.


    Le Pirate 8.6e brushless est une voiture que l'on acquiert sous le mode prêt à rouler (RTR).


    La carrosserie évolue. Celle de cette version électrique est du style " Trick Body ". Traduisez par là qu'elle possède une cabine avancée.


    L'auto est livrée sans accus et sans chargeur. Elle est à l'échelle 1/8ème et possède une transmission quatre roues motrices pourvue de 3 différentiels à pignons coniques.


    La carrosserie blanc et violet désigne cette version électrique (E) du Pirate 8.6. Pour mémoire, celle de la version thermique est disponible en jaune ou en vert.


    Après essai, il s'avère que le nouveau Pirate 8.6e brushless est une voiture hyper facile à prendre en mains malgré sa motorisation très puissante.


    La voiture est équipée de nouvelles jantes aéro.


    Les pneus loisir de cette version remplissent bien leur mission. Ils confèrent un grip tout à fait convenable quel que soit la surface sur laquelle on roule.


    Deux compartiments à accus sont intégrés au châssis pour recevoir deux packs d'accus Li-Po 2S de 7,4 volts. L'équilibre est de ce fait parfait. L'auto pourra également fonctionner avec un accu Li-Po 4S de 14,8 volts.


    Les accus sont maintenus en place par des scratches en velcro.


    T2M nous a confié 2 packs d'accus Li-po 2S de la gamme Powerhouse pour tester cet engin. Des modèles de 6000 mA en 45C.


    Seuls les accus câblés avec des prises Dean sont tolérés à bord de cette auto.


    La partie électronique comprend un servo FG 2314 MG à pignons métal de 9 kilos de couple qui s'avère aussi relativement rapide avec 0,12 sec sur 60 degrés.


    Le servo est équipé d'une biellette réglable et d'un palonnier renforcé.


    T2M propose avec ce véhicule un nouvel émetteur à volant en 2,4 Ghz.


    La radio en 2,4 Ghz possède toujours quelques réglages comme celui de la correction des neutres ou du dual rate de direction.

    La carte de la différence
    Pour se démarquer de la concurrence, T2M a misé sur la carte de l’innovation en dotant son Pirate 8.6e brushless d’une conception pour le moins inédite. C’est du moins le premier trait de caractère qui se dégage de son châssis lorsqu’on s’empare de celui-ci. Conçu au sein d’une plaque usinée dans un alliage de qualité en aluminium T6, celui-ci reçoit un traitement de surface mat sablé. Il met en avant une légère pliure sous la cellule avant. Un procédé qui lui permettra de moins talonner à la réception des tremplins de saut, car le pliage à cet endroit accroît mécaniquement la garde au sol. L’autre trait de caractère qui marque au fer rouge de son empreinte ce buggy, c'est la position inhabituelle adoptée par son moteur. Ce dernier vient se fixer au plus près de la transmission centrale, et surtout à l'avant du châssis, à la place du réservoir de la version thermique, pour apporter un comportement des plus équilibrés une fois en piste. Le Pirate 8.6e brushless possède encore une transmission à 3 différentiels. Des modèles qui figurent parmi les plus petits actuellement recensés sur des voitures de loisir de ce type. Ces organes sont affûtés avec quatre satellites chacun et des pignons métalliques. Enfin, la voiture possède de série un peu d'anti-cabrage à l'arrière pour mieux épouser les parties bosselées des terrains.


    Le châssis est un modèle conçu dans une plaque d'aluminium T6.


    La fixation moteur fait dans le sérieux. Elle repose sur quatre vis à pas métrique.


    Le moteur est fixé au plus proche de la transmission centrale. Il est placé à l'avant pour apporter un comportement des plus équilibrés une fois en piste.


    Les cellules du Pirate 8.6e brushless sont équipées de différentiels à quatre satellites. Elles sont aussi hyper étroites et pourvues de barres antiroulis.


    Un 3ème différentiel à pignons coniques officie au centre de la transmission en compagnie d'une couronne métal.

    Equipement
    Les futurs possesseurs du Pirate 8.6e brushless risquent de ne pas être déçus en ce qui concerne ce chapitre, puisque tous les périphériques qui servent actuellement de référence dans le monde de la compétition ou du loisir ont été retenus pour élaborer ce buggy. Concrètement, cela se traduit par l'apparition de barres antiroulis au niveau des deux cellules avant et arrière. Avec deux barres de respectivement 2,4 et 2,8 mm qui ont pris position. Pour mémoire, on se souviendra que celles-ci faisaient défaut à bord de la version thermique. Le train avant propose une direction dont les fusées pivotantes sont montées sur de robustes étriers en nylon. Pas seulement livré avec sa cerise, mais aussi avec le gâteau tout entier, le Pirate 8.6e brushless bénéficie encore d’une suspension dernier cri portée par des amortisseurs à gros volume de 16 mm de diamètre. Ces derniers procurent un maximum de débattement à revendre. Leur efficacité s’associe aussi à une certaine robustesse grâce à la présence de tiges de 3,5 millimètres de diamètre protégées par des soufflets. Dernier élément positif prêchant en faveur des suspensions : leur faculté à pouvoir s’adapter à n’importe quel type de terrain grâce aux ancrage suffisants mis à leur disposition depuis les supports avant et arrière, puis par le biais des bras de suspension inférieurs des cellules. Les amortisseurs retenus sur cette version RTR sont les mêmes que ceux que vous pouvez retrouver à bord de la version thermique. Les ressorts medium n'ont également pas bougé. Ils comportent des bouchons métalliques munis de vis de purge du trop plein d'huile. Le Pirate 8.6e brushless n’a pas non plus fait l’impasse sur les réglages capitaux dont se servent les pros en compétition pour mettre au point leur châssis. A ce titre, sachez que l'empattement du châssis déjà important de série (345 mm) pourra être retouché en déplaçant une cale emboîtées de chaque côté des fixations des porte fusées arrière. La géométrie d’ensemble intervient encore sur les prises de carrossage à l’enfoncement avec respectivement 2 et 4 ancrages à l'avant et à l'arrière. Puis sur le pincement des roues et sur l’ouverture de celles-ci. A l’avant, des biellettes à pas inversés faciliteront ce dernier réglage. En revanche, le pincement arrière demeure figé par les valeurs de la cale d'origine.


    Le train avant de cette version brushless reçoit une barre antiroulis de 2,4 mm.


    Le train arrière accueille une barre antiroulis de 2,8 mm de diamètre.


    La barre antiroulis arrière de 2,8 mm est réglable. La transmission de cet essieu fait appel à des cardans droits à boules goupillées.


    La cellule arrière comporte de l'anti-cabrage au niveau des triangles de suspension.


    La cale de pincement arrière n'est pas réglable.


    Le support arrière possède 4 points de fixation pour régler la prise de carrossage à l'enfoncement.


    Les porte fusées arrière comportent 4 ancrages.


    Le support d'aileron est réglable.


    Les fusées de direction sont intégrées à des étriers classiques inspirés par les modèles qui sévissent sur les monster trucks ou des truggies.


    Les cardans avant sont des modèles CVD.


    Les amortisseurs à gros volume arborent des corps en nylon de 16 mm de diamètre.


    Les quatre amortisseurs reçoivent des tiges de 3,5 millimètres de diamètre et des ressorts medium.


    Les amortisseurs du train arrière possèdent les corps les plus longs et revendiquent encore plus de débattement.


    Les bouchons d'amortisseurs sont en aluminium et possèdent une vis de purge du trop plein d'huile.


    Le support de suspension avant est un modèle de 4 mm d'épaisseur pourvu de 3 positions pour faire varier la position initiale des amortisseurs.


    Le support avant est ajouré comme on peut voir.


    Le support arrière de 4 mm d'épaisseur délivre 4 prises de carrossage.


    Le support avant délivre 2 fixations pour modifier la prise de carrossage à l'enfoncement.


    La barre stabilisatrice qui est montée à l'avant apporte une réaction plus homogène du châssis dans les changements de cap.


    Les bras de suspension inférieurs du train avant possèdent deux points d'ancrage pour les amortisseurs.


    Les triangles inférieurs avant en gros plan.


    L'ensemble des tirants sur rotules de géométrie comporte des biellettes munies de pas inversés destinées à faciliter les réglages.


    Notez l'épaisseur des bras inférieurs du train avant.


    Les porte fusées de direction possèdent un sens de montage respectif matérialisé par une lettre gravée dans la matière.


    Comme sur le modèle thermique, la barre de liaison du save servo et du renvoi ne comporte pas le moindre ancrage supplémentaire.


    L'empattement du châssis s'établit d'origine à 345 mm. Il pourra encore être allongé ou raccourci pour gagner en maniabilité en déplaçant une cale emboîtée au niveau des fixations des porte fusées arrière.


    Ce carter plastique protège à la fois la couronne centrale et le pignon logé en sortie de l'arbre moteur.


    Le récepteur de l'installation radio est bien abrité à l'intérieur de ce boîtier étanche.

    Moteur/variateur/accus
    T2M a installé sur le châssis un moteur brushless maison de 2150 Kv accouplé à un pignon de 19 dents en sortie d'arbre. Celui-ci fonctionne de concert avec un puissant contrôleur T2M de 100 Ampères. Un modèle qui reste programmable et qui permet notamment de sélectionner plusieurs modes pour bénéficier de plus ou moins de couple moteur et/ou d'un frein plus ou moins agressif. Tant le contrôleur que le moteur sont équipés tous deux d'un ventilateur et d'un radiateur de refroidissement garantissant un fonctionnement optimal.


    Le moteur brushless T2M qui est installé sur ce nouveau châssis délivre 2150 Kv.


    La cage moteur est littéralement ceinturée par un radiateur de refroidissement en aluminium.


    Un pignon de 19 dents interchangeable est placé en sortie d'arbre moteur sur un support réglable.


    Le contrôleur brushless de 100 Ampères est un modèle étanche et programmable.


    La programmation du contrôleur permet de sélectionner plusieurs modes de set up pour doper les accélérations ou agir sur la puissance du freinage.


    Le contrôleur brushless comporte un ventilateur de refroidissement.

    Le test
    Comme pour la plupart des châssis de loisir ou de compétition que nous pouvons avoir l’occasion de tester, il s’avère toujours très difficile de cerner le comportement routier d’une voiture sans aller faire un petit tour du côté d’un vrai circuit. Cela sera chose faite ici dans le cadre de cet essai mené en compagnie du 8.6e et de ses pneus maison T2M livrés avec l'auto. Ceux-ci possèdent une gomme soft qui à l’air d’accrocher. Le circuit s'est quant à lui à peine remis des sécheresses qui sévissent au sud en ce début d'été. Traduisez par là qu'il est extrêmement glissant, limite poudreux. La piste est également légèrement ondulée par endroit. Ce qui va nous permettre de tester l'efficacité des suspensions. Le Pirate 8.6e brille d’entrée de jeu par son excellente capacité à passer la puissance au sol malgré le revêtement qui ressemble davantage à une patinoire par endroit qu'à une vraie piste, et malgré la patate délivrée par le moteur T2M de 2150 kv. Ce moteur brushless fait preuve de caractère. Alimenté par les deux packs Li-Po Powerhouse 2 x 2S de 6000 mA en 45C, il délivre une patate pas possible pour un engin de loisir, tout en restant très progressif à basse vitesse. De fait, le châssis du Pirate 8.6e cause sévère à l'accélération. Quel que soit le style de conduite adopté. Même constat au niveau de la vitesse de pointe qui confère des allures de missile au tout terrain ! C'est bien simple, avec les bons accus, le Pirate 8.6e fait quasiment jeu égal avec les vrais châssis brushless de compétition comme ceux que l'on peut tutoyer dans le cadre des championnats électriques dédié à la catégorie. Même si l'engin paraît tirer encore un poil long avec le pignon d'origine de 19 dents.



    Exploiter le châssis dans ces conditions relève d'un vrai régal et surtout à la portée du plus grand nombre. La voiture gardant une stabilité de cap étonnante en toute circonstance. Le train avant se montre sain et directif et rentre bien dans les lacets. Et la différence par rapport à la version thermique, c'est que les réactions globales de l'auto s'avèrent nettement plus homogènes en raison de la présence des barres antiroulis. De fait, cette version électrique se montre nettement plus facile à piloter et plus saine en sortie de virage. Dans les trous et sur les bosses, le Pirate 8.6e brushless fait également preuve d'une belle neutralité grâce au travail efficace de sa suspension. Face aux ondulations naturelles du terrain ou aux tremplins à franchir, la conjugaison des amortisseurs à gros volume et des ressorts medium d’origine permet de tirer le meilleur parti des trains roulants. Présenté à la base comme un pur produit loisir, ce Pirate présente dans la réalité des réactions qui s'apparentent davantage à celles d'un pur produit de compétition. Dans cette déclinaison brushless, cette auto parvient à rester à la fois vive dans les portions lentes, et sereine dans les enchaînements rapides. De plus, elle se montre réactive aux retouches comme nous l'observerons à plusieurs reprises au cours du test en modifiant les ancrages dédiés aux amortisseurs et aux prises de carrossage à l'enfoncement. Encore une autre qualité que les futurs possesseurs du châssis pourront apprécier à son volant !



    Les Plus
    _ Efficacité du train avant
    _ Rapport qualité/prix
    _ Moteur sensationnel
    _ Bon servo d'origine à la direction

    Les Moins
    _ Corps d'amortisseurs plastiques
    _ Absence de cales de réglage de pincement à l'arrière



    Fiche technique
    Marque : T2M
    Modèle : Pirate 8.6e Brushless RTR
    Distributeur : T2M
    Usage : Loisir
    Propulsion : Electrique
    Moteur : T2M brushless 2150 Kv
    Contrôleur : T2M 100 Ampères programmable
    Accus de l'essai : T2M Powerhouse Li-Po 2S 6000 mA 45C
    Echelle : 1/8ème
    Châssis : Plaque en aluminium de 3 mm d'épaisseur.
    Transmission : 4 x 4 par cardans (cardans CVD à l'avant).
    Différentiel : x 3 à pignons coniques + couronne centrale métal.
    Présentation : RTR