Close

Hobbytech Survolt Bx10 Sport

Nouveau

Test tout terrain électrique 1/10ème
Hobbytech Survolt BX10 Sport : So easy !
Par Philippe Boeri.

hobbytech survolt bx10 sport réf : 1.sur.bx10.rtr1

Année après année, la marque Hobbytech fait partie de celles qui tentent de jouer la carte de la polyvalence. Elle est capable de nous concocter des voitures de compétition comme le STR8 en TT. Elle sait aussi se mettre à la portée des débutants en leur proposant des autos plus abordables et bien ciblées. En voici une nouvelle preuve avec l'un des petits derniers, le Survolt BX Sport.

Présentation
Le propre de ce nouveau Survolt BX10 Sport est en effet de vous placer en présence d'une auto qui soit à la fois suffisamment performante pour que vous puissiez vous amuser, mais quand même un tantinet aboutie au niveau de l'assemblage, de telle sorte que vous ne soyez pas dépaysés si vous découvrez le domaine de la voiture radiocommandée pour la première fois. Ce nouveau tout terrain satisfait tous ces critères. Il est d'abord livré avec une mécanique pré assemblée, mais possède surtout tous les périphériques d'usage installés et en ordre de marche. Cela vaut pour le servo de direction fixé sur ses bâtis pour commander les roues avant du véhicule, mais également pour le moteur. Le châssis comporte aussi d'origine le pack d'accus qui va servir à alimenter le servo, le contrôleur électronique, le moteur et le récepteur de l'installation. A noter que dans un souci de complémentarité le plus parfait, Hobbytech vous livre aussi un petit chargeur à brancher sur la prise 220 volts afin que vous puissiez refaire le plein de vos accus après un run. Le Survolt BX10 Sport possède aussi une carrosserie soignée sur laquelle il restera à apposer les autocollants fournis à ses côtés.


Le Survolt BX10 Sport arrive avec une carrosserie pré peinte.


La planche décorative sera à poser par vos propres soins.


La voiture possède un look buggy dans le genre classique.




Côté châssis, nous avons à faire à une structure RTR à l'échelle 1/10ème qui ne nécessitera que quelques heures de charge avant de pouvoir fonctionner.






Le châssis possède une contre platine supérieure qui fait office de barre de rigidification.

Conception
La cellule avant est jonchée ici par un support de suspension en nylon injecté qui prend une pose et des ancrages plutôt verticaux. Elle vient se raccorder à des triangles bien proportionnés. Juste au dessus, les étriers de direction sont solidarisés à la dite cellule par des tirants. Ces derniers sont parfaitement libres autour de leurs points de rotation (qui ne sont autres que des rotules) et répondent de la simplicité la plus élémentaire. Mais ils sont malgré tout équipés de biellettes à pas inversés pour pouvoir régler le carrossage des roues. De son côté, la direction dispose de porte fusées frappés chacun d’une lettre pour dissocier les modèles de gauche et ceux de droite. Ces derniers s’associent à des cardans CVD en acier au chapitre de la transmission. A noter encore sur cette cellule la présence d'un save servo réglable en dureté.


Gros plan sur le train avant. Celui-ci se montre bien directif à l'usage comme en atteste son excellent rayon de braquage.


Le Survolt BX 10 Sport dispose d'amortisseurs métalliques bien conçus qui constituent un plus incontestable.




L'intégralité du train avant est équipée de biellettes à pas inversés.


Le save servo n'offre qu'un point d'ancrage unique. Les triangles du train avant font également abstraction de vis pour régler les butées.


Les porte fusées sont montés sur des étriers pivotants classiques.


Un coup d'oeil sur les bras de suspension inférieurs. Ces derniers sont bien proportionnés pour l'échelle. Aucune casse à déplorer de ce côté durant tout l'essai.


Parmi les petits bonus présents à bord, observons cette plaque en aluminium qui pérennise la fixation des triangles sur la cellule avant.




Le save servo reste réglable en dureté. En revanche l'accessibilité de la molette ne constitue pas son point fort.

Dans sa globalité, toute cette petite mécanique repose sur un châssis baignoire en nylon chargé de fibres composites. Les bords relevés de celui-ci protègent ainsi le cœur de la transmission centrale de la poussière. Incliné par pliage sous la cellule avant, ce châssis est ventilé sous l'emplacement du pack d'accus. A l’arrière, les triangles de la cellule diffèrent quelque peu de ceux du train avant. Ils mesurent près de huit centimètre de long, même si la largeur de voie demeure finalement un poil plus importante à l'avant (24,750 cm) pour conforter l'assise de l'auto avec la prise de vitesse. Pour stabiliser au mieux ce 4 x 4, le fabricant a eu recours à des cales en plastique injecté des plus classiques à l'intérieur desquelles viennent s'imbriquer les axes de la triangulation inférieure. La cale de pincement arrière conférant un angle de pincement d'origine aux roues d'environ deux degrés à vue de nez. En revanche, l'auto est livrée sans cales supplémentaires pour modifier les réglages de série. Enfin, toujours dans le but de rendre le pilotage un peu plus serein, notons que les quatre jantes de l’engin (de type aéro) font pratiquement abstraction de tout déport et que celles-ci viennent littéralement effleurer les porte fusées une fois montées à bord. Deux barres antiroulis d'1,5 millimètre venant encore se joindre à la liste de l'équipement d'origine.


Le châssis en fibres composites revêt la forme d'une baignoire avec ses bordures latérales relevées.


Les accus disposent de nombreuses ouïes d'aération sous le châssis.


Le train arrière possède un équipement du même acabit que son homologue avant.


Comme à l'avant, les porte fusées reçoivent des hexagones de roues en aluminium anodisé.


Les carters de la cellule arrière se complètent d'une barre stabilisatrice d'1,5 millimètre.


Les pneus de la partie postérieure sont plus larges et ornés de petits picots très accrocheurs en fonctionnement.

Transmission

Le Survolt BX10 Sport affiche des roulements à billes à tous les étages de sa transmission. Il comprend un différentiel à pignons coniques à l’avant et à l’arrière, puis un arbre central rigide pourvu d'un slipper réglable. Sa transmission principale a pensé à tout, notamment à ceux qui souhaiteront faire usage de l’auto sans se soucier de l’état du terrain. A cet effet, la couronne principale en plastique injecté bénéficie d’un carter de protection en plastique qui protège partiellement la dentition. Le moteur bénéficiant pour sa part d'un pignon interchangeable de 21 dents. A l'arrière et au centre, des cardans droits demeurent sinon de mise.


La transmission arrière bénéficie de cardans droits à boules goupillées.


Les roulements à billes sont présents sur toute l'auto.


Le train avant est équipé de cardans CVD en acier.




Sur cette version Sport, les hexagones de roues sont en aluminium. Ils n'ont quand même pas poussé le bouchon jusqu'à recevoir une vis de fixation qui aurait été la bienvenue. Attention de ne pas oublier la goupille en cours de route donc, lors d'un démontage de roue !

La suspension

Ce 4 x 4 est équipé de quatre amortisseurs à corps aluminium qui fonctionnent très correctement dans les faits. Les fanas de réglages pourront agir sur le réglage de pré contrainte des ressorts via les molettes filetées mises à leur disposition sur chacun des corps. Voire remplacer l'hydraulique d'origine un poil souple à l'avant. A l’avant comme à l’arrière, la suspension prévoit d’intervenir sur la position initiale de chaque amortisseur grâce à quatre ancrages sur le support avant. Tandis que le support arrière bénéficie pour sa part de trois ancrages supplémentaires. Au niveau des bras de suspension, deux pontons d’arrimage sont d'autre part dédiés au réglage d'inclinaison. En position maxi, le Survolt BX10 Sport atteindra ainsi près de quatre centimètres de garde au sol. De quoi lui laisser entrevoir la possibilité de venir se frotter à des surfaces en herbe rase où légèrement accidentées sans risquer d'être stoppé net dans ses élans face au moindre obstacle.


Le support amortisseurs avant propose quatre ancrages pour faire varier l'inclinaison des amortisseurs.


Le support amortisseurs arrière propose sept ancrages pour faire varier l'inclinaison des amortisseurs.


Voici les amortisseurs en gros plan. Sachez que le Survolt BX10 Sport de chez Hobbytech dispose d'amortisseurs plus longs à l'arrière.


Le réglage des ressorts s'effectuera via cette molette filetée.


Pour régler la suspension arrière, n'utilisez que les ancrages qui sont situés sur la partie la plus épaisse du support.

Moteur/accus

Pour ce qui est du pack d’accus livré d'origine, nous avons à traiter avec un pack câblé en stick de 7,2 volts et 2000 mA. S'agissant d'un pack Ni-Mh. Mais sachez dores et déjà que le contrôleur est également prévu pour digérer un accu Li-Po de 7,4 volts pour avoir un peu plus de puissance. Nul besoin d'acquérir un petit cordon adaptateur au niveau des prises pour pouvoir utiliser un Li-Po, tout est déjà câblé avec la prise Dean qui va bien d'origine ! Le contrôleur est un modèle Krypton (made by Hobbywing) de 45 Ampères qui tolérera jusqu'à 9 éléments en Ni-Mh et jusqu'à du 3S au niveau d'un accu Li-Po.
Une petite précision à cet égard, les utilisateurs qui souhaiteront utiliser l'auto avec un accu Li-Po 3S ou un pack d'accus Ni-Mh de plus de 6 éléments devront impérativement monter le ventilateur option " haut voltage " prévu à cet effet. Un ventilateur disponible sous la référence : XT FAN30/12V. Quant au moteur installé sur le châssis à la réception du modèle, sachez qu’il s’agit d’un moteur brushless Krypton deux pôles de 4500 Kv, d'équivalence 7,5 tours. Celui-ci est doté d’un support réglable en plastique injecté. La partie électronique se complétant encore d'un servo de direction étanche à pignons plastiques de 3 kilos de couple environ et d'un récepteur en 2,4 Ghz parfaitement protégé au sein de son boîtier.


95% de l'électronique embarquée est située sur le flanc gauche du châssis.


Ce modèle comporte un moteur brushless Krypton de 4500 Kv d'équivalence 7,5 tours.


Le pack d'accus dispose d'une fixation rapide qui facilitera les remplacements sur le terrain.


La voiture est livrée avec cet accu Ni-Mh de 7,2 volts de 2000 mA de capacité.


Le contrôleur de 45 Ampères est prévu pour fonctionner avec des accus Ni-Mh pouvant aller jusqu'à 9 éléments. Il pourra également tolérer des accus Li-Po jusqu'à 3S.


Le servo de direction est équipé d'une partie en aluminium qui fera office de radiateur. Il possède des pignons plastiques et fait état d'un couple de 3 kilos.


Le boîtier qui contient le récepteur est du genre hermétique.


Le récepteur en 2,4 Ghz voit ses branchements préalablement effectués au sortir de la boîte.

Test
Je démarre cet essai avec pour premier objectif d'évaluer la vitesse de pointe du véhicule, profitant du fait que l'accu embarqué à bord vient juste d'être chargé. Avec un poids en ordre de marche d'à peine plus d'1,5 kilo et un rapport bien étalonné, le Survolt BX10 Sport, sans être un monstre de puissance, nous gratifie d'une vitesse maxi que l'on qualifiera volontiers d'honorable. Son moteur brushless étant de toute façon plus performant que le moteur à charbons qui peut être proposé sur d'autres châssis concurrents. Bon cela dit, cela n'a rien de transcendant encore une fois, et pour aller chercher les chevaux, il faudra faire appel à un accu Ni-Mh 8,4 volts, ou carrément un Li-Po qui semble mieux approprié à accélérer le film ! Côté comportement routier, la bonne surprise, c'est que ce petit TT 1/10ème tourne de lui-même à basse vitesse sans avoir besoin d’être rentré en force sur l’angle ou au point de corde. Ce qui signifie que l'auto possède " du train avant " comme l'on a coutume de dire dans le vocabulaire modéliste. Cela revient aussi à dire que son train avant n’aura pas trop tendance à élargir l’angle au fur et à mesure que l’on soude les gaz. Relativement à l’aise pour sauter les tremplins formés par les petites bosses naturelles du terrain (même si ce n'est pas aussi efficace qu'un 1/8ème), le Survolt BX10 Sport tire également profit de sa garde au sol convenable sur les surfaces accidentées, sans trop bousculer le châssis.



Le pilotage de l'engin est également marqué par son freinage puissant qui a même tendance à bloquer les quatre roues sur les gravillons, puis par sa suspension réglée tip top de boîte avec le réglage d'hydraulique d'origine. Celui-ci ne nuit pas à la stabilité générale, même s'il occasionne par moment quelques coups de raquette à l'arrière du châssis. Côté autonomie, nous sommes parvenus à approcher la barre fatidique des dix minutes avec le pack d'origine. Même en " tapant " dans le moteur comme un sourd ! Prévoir quand même un accu de rechange au moment de l'achat pour pouvoir encore mieux profiter du bolide, car avec le chargeur de série, un pack de deux Ampères comme celui qui est installé sur l'auto demandera 4 heures de charge dès lors qu'il est vidé. Même avec un chargeur rapide, le même pack imposera encore un temps d'attente de recharge d'une bonne heure. Maintenant, concernant cette auto, puisque les fêtes approchent, autant dire qu'elle constitue un bon plan. Si cela vous tente, vous savez donc ce qu'il vous reste à faire....

hobbytech survolt bx10 sport réf : 1.sur.bx10.rtr1

Conclusion

Ce petit TT de loisir bien fini vous en donnera pour votre argent. Seule une protection un peu juste de la couronne centrale nous a laissé un peu sceptique à l'issue de cet essai. Même si nous n'avons rien cassé au cours des 20 minutes de roulage. C'est à peu près la seule critique que l'on puisse formuler à l'encontre de cette auto. De plus, il existe encore une multitude d'options pour faire progresser l'auto qui raviront les aficionados de l'upgrade.

On a aimé
_ Les amortisseurs métal de bonne facture
_ La compatibilité d'origine Ni-Mh/Li-Po
_ La prise en mains facile

On a regretté
_ La couronne centrale plastique
_ L'accessibilité perfectible de la molette de réglage du save servo.



Fiche technique
Marque : Hobbytech
Modèle : Survolt BX10 Sport
Distributeur : Imodel
Usage : Loisir
Propulsion : Electrique
Moteur : Krypton 4500 Kv
Variateur : Krypton 45 Ampères, compatible Li-Po 3S et jusqu'à 9 éléments en Ni-Mh.
Echelle : 1/10ème
Poids : 1670 g
Châssis : Nylon injecté
Transmission : 4 x 4 par cardans (CVD à l'avant) + slipper réglable.
Différentiel : x 2 à pignons.
Présentation : RTR
Accu fourni : Ni-Mh 2000 mA
Radio : Hobbytech Wave XT-100 à volant en 2,4 Ghz

En savoir plus

Test tout terrain électrique 1/10ème
Hobbytech Survolt BX10 Sport : So easy !
Par Philippe Boeri.

hobbytech survolt bx10 sport réf : 1.sur.bx10.rtr1

Année après année, la marque Hobbytech fait partie de celles qui tentent de jouer la carte de la polyvalence. Elle est capable de nous concocter des voitures de compétition comme le STR8 en TT. Elle sait aussi se mettre à la portée des débutants en leur proposant des autos plus abordables et bien ciblées. En voici une nouvelle preuve avec l'un des petits derniers, le Survolt BX Sport.

Présentation
Le propre de ce nouveau Survolt BX10 Sport est en effet de vous placer en présence d'une auto qui soit à la fois suffisamment performante pour que vous puissiez vous amuser, mais quand même un tantinet aboutie au niveau de l'assemblage, de telle sorte que vous ne soyez pas dépaysés si vous découvrez le domaine de la voiture radiocommandée pour la première fois. Ce nouveau tout terrain satisfait tous ces critères. Il est d'abord livré avec une mécanique pré assemblée, mais possède surtout tous les périphériques d'usage installés et en ordre de marche. Cela vaut pour le servo de direction fixé sur ses bâtis pour commander les roues avant du véhicule, mais également pour le moteur. Le châssis comporte aussi d'origine le pack d'accus qui va servir à alimenter le servo, le contrôleur électronique, le moteur et le récepteur de l'installation. A noter que dans un souci de complémentarité le plus parfait, Hobbytech vous livre aussi un petit chargeur à brancher sur la prise 220 volts afin que vous puissiez refaire le plein de vos accus après un run. Le Survolt BX10 Sport possède aussi une carrosserie soignée sur laquelle il restera à apposer les autocollants fournis à ses côtés.


Le Survolt BX10 Sport arrive avec une carrosserie pré peinte.


La planche décorative sera à poser par vos propres soins.


La voiture possède un look buggy dans le genre classique.




Côté châssis, nous avons à faire à une structure RTR à l'échelle 1/10ème qui ne nécessitera que quelques heures de charge avant de pouvoir fonctionner.






Le châssis possède une contre platine supérieure qui fait office de barre de rigidification.

Conception
La cellule avant est jonchée ici par un support de suspension en nylon injecté qui prend une pose et des ancrages plutôt verticaux. Elle vient se raccorder à des triangles bien proportionnés. Juste au dessus, les étriers de direction sont solidarisés à la dite cellule par des tirants. Ces derniers sont parfaitement libres autour de leurs points de rotation (qui ne sont autres que des rotules) et répondent de la simplicité la plus élémentaire. Mais ils sont malgré tout équipés de biellettes à pas inversés pour pouvoir régler le carrossage des roues. De son côté, la direction dispose de porte fusées frappés chacun d’une lettre pour dissocier les modèles de gauche et ceux de droite. Ces derniers s’associent à des cardans CVD en acier au chapitre de la transmission. A noter encore sur cette cellule la présence d'un save servo réglable en dureté.


Gros plan sur le train avant. Celui-ci se montre bien directif à l'usage comme en atteste son excellent rayon de braquage.


Le Survolt BX 10 Sport dispose d'amortisseurs métalliques bien conçus qui constituent un plus incontestable.




L'intégralité du train avant est équipée de biellettes à pas inversés.


Le save servo n'offre qu'un point d'ancrage unique. Les triangles du train avant font également abstraction de vis pour régler les butées.


Les porte fusées sont montés sur des étriers pivotants classiques.


Un coup d'oeil sur les bras de suspension inférieurs. Ces derniers sont bien proportionnés pour l'échelle. Aucune casse à déplorer de ce côté durant tout l'essai.


Parmi les petits bonus présents à bord, observons cette plaque en aluminium qui pérennise la fixation des triangles sur la cellule avant.




Le save servo reste réglable en dureté. En revanche l'accessibilité de la molette ne constitue pas son point fort.

Dans sa globalité, toute cette petite mécanique repose sur un châssis baignoire en nylon chargé de fibres composites. Les bords relevés de celui-ci protègent ainsi le cœur de la transmission centrale de la poussière. Incliné par pliage sous la cellule avant, ce châssis est ventilé sous l'emplacement du pack d'accus. A l’arrière, les triangles de la cellule diffèrent quelque peu de ceux du train avant. Ils mesurent près de huit centimètre de long, même si la largeur de voie demeure finalement un poil plus importante à l'avant (24,750 cm) pour conforter l'assise de l'auto avec la prise de vitesse. Pour stabiliser au mieux ce 4 x 4, le fabricant a eu recours à des cales en plastique injecté des plus classiques à l'intérieur desquelles viennent s'imbriquer les axes de la triangulation inférieure. La cale de pincement arrière conférant un angle de pincement d'origine aux roues d'environ deux degrés à vue de nez. En revanche, l'auto est livrée sans cales supplémentaires pour modifier les réglages de série. Enfin, toujours dans le but de rendre le pilotage un peu plus serein, notons que les quatre jantes de l’engin (de type aéro) font pratiquement abstraction de tout déport et que celles-ci viennent littéralement effleurer les porte fusées une fois montées à bord. Deux barres antiroulis d'1,5 millimètre venant encore se joindre à la liste de l'équipement d'origine.


Le châssis en fibres composites revêt la forme d'une baignoire avec ses bordures latérales relevées.


Les accus disposent de nombreuses ouïes d'aération sous le châssis.


Le train arrière possède un équipement du même acabit que son homologue avant.


Comme à l'avant, les porte fusées reçoivent des hexagones de roues en aluminium anodisé.


Les carters de la cellule arrière se complètent d'une barre stabilisatrice d'1,5 millimètre.


Les pneus de la partie postérieure sont plus larges et ornés de petits picots très accrocheurs en fonctionnement.

Transmission

Le Survolt BX10 Sport affiche des roulements à billes à tous les étages de sa transmission. Il comprend un différentiel à pignons coniques à l’avant et à l’arrière, puis un arbre central rigide pourvu d'un slipper réglable. Sa transmission principale a pensé à tout, notamment à ceux qui souhaiteront faire usage de l’auto sans se soucier de l’état du terrain. A cet effet, la couronne principale en plastique injecté bénéficie d’un carter de protection en plastique qui protège partiellement la dentition. Le moteur bénéficiant pour sa part d'un pignon interchangeable de 21 dents. A l'arrière et au centre, des cardans droits demeurent sinon de mise.


La transmission arrière bénéficie de cardans droits à boules goupillées.


Les roulements à billes sont présents sur toute l'auto.


Le train avant est équipé de cardans CVD en acier.




Sur cette version Sport, les hexagones de roues sont en aluminium. Ils n'ont quand même pas poussé le bouchon jusqu'à recevoir une vis de fixation qui aurait été la bienvenue. Attention de ne pas oublier la goupille en cours de route donc, lors d'un démontage de roue !

La suspension

Ce 4 x 4 est équipé de quatre amortisseurs à corps aluminium qui fonctionnent très correctement dans les faits. Les fanas de réglages pourront agir sur le réglage de pré contrainte des ressorts via les molettes filetées mises à leur disposition sur chacun des corps. Voire remplacer l'hydraulique d'origine un poil souple à l'avant. A l’avant comme à l’arrière, la suspension prévoit d’intervenir sur la position initiale de chaque amortisseur grâce à quatre ancrages sur le support avant. Tandis que le support arrière bénéficie pour sa part de trois ancrages supplémentaires. Au niveau des bras de suspension, deux pontons d’arrimage sont d'autre part dédiés au réglage d'inclinaison. En position maxi, le Survolt BX10 Sport atteindra ainsi près de quatre centimètres de garde au sol. De quoi lui laisser entrevoir la possibilité de venir se frotter à des surfaces en herbe rase où légèrement accidentées sans risquer d'être stoppé net dans ses élans face au moindre obstacle.


Le support amortisseurs avant propose quatre ancrages pour faire varier l'inclinaison des amortisseurs.


Le support amortisseurs arrière propose sept ancrages pour faire varier l'inclinaison des amortisseurs.


Voici les amortisseurs en gros plan. Sachez que le Survolt BX10 Sport de chez Hobbytech dispose d'amortisseurs plus longs à l'arrière.


Le réglage des ressorts s'effectuera via cette molette filetée.


Pour régler la suspension arrière, n'utilisez que les ancrages qui sont situés sur la partie la plus épaisse du support.

Moteur/accus

Pour ce qui est du pack d’accus livré d'origine, nous avons à traiter avec un pack câblé en stick de 7,2 volts et 2000 mA. S'agissant d'un pack Ni-Mh. Mais sachez dores et déjà que le contrôleur est également prévu pour digérer un accu Li-Po de 7,4 volts pour avoir un peu plus de puissance. Nul besoin d'acquérir un petit cordon adaptateur au niveau des prises pour pouvoir utiliser un Li-Po, tout est déjà câblé avec la prise Dean qui va bien d'origine ! Le contrôleur est un modèle Krypton (made by Hobbywing) de 45 Ampères qui tolérera jusqu'à 9 éléments en Ni-Mh et jusqu'à du 3S au niveau d'un accu Li-Po.
Une petite précision à cet égard, les utilisateurs qui souhaiteront utiliser l'auto avec un accu Li-Po 3S ou un pack d'accus Ni-Mh de plus de 6 éléments devront impérativement monter le ventilateur option " haut voltage " prévu à cet effet. Un ventilateur disponible sous la référence : XT FAN30/12V. Quant au moteur installé sur le châssis à la réception du modèle, sachez qu’il s’agit d’un moteur brushless Krypton deux pôles de 4500 Kv, d'équivalence 7,5 tours. Celui-ci est doté d’un support réglable en plastique injecté. La partie électronique se complétant encore d'un servo de direction étanche à pignons plastiques de 3 kilos de couple environ et d'un récepteur en 2,4 Ghz parfaitement protégé au sein de son boîtier.


95% de l'électronique embarquée est située sur le flanc gauche du châssis.


Ce modèle comporte un moteur brushless Krypton de 4500 Kv d'équivalence 7,5 tours.


Le pack d'accus dispose d'une fixation rapide qui facilitera les remplacements sur le terrain.


La voiture est livrée avec cet accu Ni-Mh de 7,2 volts de 2000 mA de capacité.


Le contrôleur de 45 Ampères est prévu pour fonctionner avec des accus Ni-Mh pouvant aller jusqu'à 9 éléments. Il pourra également tolérer des accus Li-Po jusqu'à 3S.


Le servo de direction est équipé d'une partie en aluminium qui fera office de radiateur. Il possède des pignons plastiques et fait état d'un couple de 3 kilos.


Le boîtier qui contient le récepteur est du genre hermétique.


Le récepteur en 2,4 Ghz voit ses branchements préalablement effectués au sortir de la boîte.

Test
Je démarre cet essai avec pour premier objectif d'évaluer la vitesse de pointe du véhicule, profitant du fait que l'accu embarqué à bord vient juste d'être chargé. Avec un poids en ordre de marche d'à peine plus d'1,5 kilo et un rapport bien étalonné, le Survolt BX10 Sport, sans être un monstre de puissance, nous gratifie d'une vitesse maxi que l'on qualifiera volontiers d'honorable. Son moteur brushless étant de toute façon plus performant que le moteur à charbons qui peut être proposé sur d'autres châssis concurrents. Bon cela dit, cela n'a rien de transcendant encore une fois, et pour aller chercher les chevaux, il faudra faire appel à un accu Ni-Mh 8,4 volts, ou carrément un Li-Po qui semble mieux approprié à accélérer le film ! Côté comportement routier, la bonne surprise, c'est que ce petit TT 1/10ème tourne de lui-même à basse vitesse sans avoir besoin d’être rentré en force sur l’angle ou au point de corde. Ce qui signifie que l'auto possède " du train avant " comme l'on a coutume de dire dans le vocabulaire modéliste. Cela revient aussi à dire que son train avant n’aura pas trop tendance à élargir l’angle au fur et à mesure que l’on soude les gaz. Relativement à l’aise pour sauter les tremplins formés par les petites bosses naturelles du terrain (même si ce n'est pas aussi efficace qu'un 1/8ème), le Survolt BX10 Sport tire également profit de sa garde au sol convenable sur les surfaces accidentées, sans trop bousculer le châssis.



Le pilotage de l'engin est également marqué par son freinage puissant qui a même tendance à bloquer les quatre roues sur les gravillons, puis par sa suspension réglée tip top de boîte avec le réglage d'hydraulique d'origine. Celui-ci ne nuit pas à la stabilité générale, même s'il occasionne par moment quelques coups de raquette à l'arrière du châssis. Côté autonomie, nous sommes parvenus à approcher la barre fatidique des dix minutes avec le pack d'origine. Même en " tapant " dans le moteur comme un sourd ! Prévoir quand même un accu de rechange au moment de l'achat pour pouvoir encore mieux profiter du bolide, car avec le chargeur de série, un pack de deux Ampères comme celui qui est installé sur l'auto demandera 4 heures de charge dès lors qu'il est vidé. Même avec un chargeur rapide, le même pack imposera encore un temps d'attente de recharge d'une bonne heure. Maintenant, concernant cette auto, puisque les fêtes approchent, autant dire qu'elle constitue un bon plan. Si cela vous tente, vous savez donc ce qu'il vous reste à faire....

hobbytech survolt bx10 sport réf : 1.sur.bx10.rtr1

Conclusion

Ce petit TT de loisir bien fini vous en donnera pour votre argent. Seule une protection un peu juste de la couronne centrale nous a laissé un peu sceptique à l'issue de cet essai. Même si nous n'avons rien cassé au cours des 20 minutes de roulage. C'est à peu près la seule critique que l'on puisse formuler à l'encontre de cette auto. De plus, il existe encore une multitude d'options pour faire progresser l'auto qui raviront les aficionados de l'upgrade.

On a aimé
_ Les amortisseurs métal de bonne facture
_ La compatibilité d'origine Ni-Mh/Li-Po
_ La prise en mains facile

On a regretté
_ La couronne centrale plastique
_ L'accessibilité perfectible de la molette de réglage du save servo.



Fiche technique
Marque : Hobbytech
Modèle : Survolt BX10 Sport
Distributeur : Imodel
Usage : Loisir
Propulsion : Electrique
Moteur : Krypton 4500 Kv
Variateur : Krypton 45 Ampères, compatible Li-Po 3S et jusqu'à 9 éléments en Ni-Mh.
Echelle : 1/10ème
Poids : 1670 g
Châssis : Nylon injecté
Transmission : 4 x 4 par cardans (CVD à l'avant) + slipper réglable.
Différentiel : x 2 à pignons.
Présentation : RTR
Accu fourni : Ni-Mh 2000 mA
Radio : Hobbytech Wave XT-100 à volant en 2,4 Ghz
Close