Close

Mhdpro Winner Bx

Nouveau

nouveau winner bx signé mhdpro. tt 1/10 électrique supersize disponible en version brushed ou brushless.

MHDPro Winner BX
Modélisme brushless : mhdpro, winnerbx, #z5900007,

Paramètre parmi tant d'autres intégré à la géométrie d'une auto, la largeur peut influencer de manière significative la tenue de route de celle-ci. Le principe de base qui prévaut ici étant que plus c'est large, mieux c'est !

Présentation
Avec les buggies " Winner ", MHDPro présente au grand public une série " super size "entièrement nouvelle qui est déclinée en 3 versions. Le Winner ST qui est un truggy, le Winner MT qui n'est autre qu'un monster truck équipé de grosses roues, puis le Winner BX qui caractérise la version buggy de cette trilogie. C'est l'auto que nous vous proposons de découvrir dans cet essai. Pour info, ces trois plateformes sont livrées pré montées en compagnie d'un émetteur MHD3S à volant en 2,4 Ghz et d'un mini chargeur Ultimate Pro3 MHD qui délivre 1,6 Ampère en sortie. Elles reprennent une base mécanique commune et un châssis en nylon chargé de fibres composites conçu en une seule et unique partie. Un modèle à bords relevés de 3 mm d'épaisseur dont la partie avant a néanmoins été pliée sous la cellule avant, comme sur un modèle en aluminium. Les trois autos différent en revanche au niveau de leurs pneumatiques respectifs. La version monster truck héritant de modèles de 12 mm de diamètre. Les versions truggy et buggy étant pour leur part équipées de profils similaires à picots. Ces derniers se distinguent par leur largeur importante de bande de roulement de près de 5,5 centimètres de large, et par leur diamètre qui s'établit à 105 mm ! Les carrosseries des trois voitures varieront également en fonction des versions, mais aussi des motorisations retenues. Chaque auto étant disponible, soit accompagnée d'un moteur brushed 550 à charbons, soit d'un moteur brushless de 3300 kV.


La carrosserie de la version Winner BX brushless est de type " front cab ".


Voici à quoi ressemble la version Winner ST truggy.


Le Winner ST truggy est également disponible en 2 versions brushed ou brushless RTR.


Les versions brushed de ces 3 autos sont équipées de moteurs à charbons 550 avec cage ventilée et radiateur de refroidissement.


Ci dessus, la version monster truck rebaptisée pour la circonstance Winner MT.


Le Winner MT possède également une garde au sol accrue. Soit 3 cm de plus que celle de la version BX buggy à l'avant ,et près de 2 centimètres supplémentaires à l'arrière.


La version monster truck bénéficie de pneus plus imposants dont le diamètre grimpe à 12 cm.


Le Winner BX MHDPro est disponible en deux versions brushed ou brushless.


Le Winner BX est livrée pré monté et quasi prêt à rouler en compagnie d'un émetteur, puis d'un accu Li-Po et d'un petit chargeur. Cette auto dispose de voies hyper larges et d'une transmission 4 x 4.


Ces 3 voitures de la série Winner sont livrées chacune avec un émetteur MHD 3S à volant en 2,4 Ghz.


La radio met à votre disposition les réglages indispensables.


Cette radio est alimentée par un accu extra plat très moderne de 3,7 volts.


Le châssis est constitué d'une plaque en matériau composites à bords relevés. Celui-ci est plié sous la cellule avant.


Le châssis est largement ventilé, tant sous les accus que sous l'emplacement du moteur.


La version BX buggy comporte des pneus moussés à picots de 5,5 cm de largeur et de 105 mm de diamètre.

Train avant
Le Winner BX MHDPro comporte un train avant muni d'une double triangulation équipée de porte fusées sur rotules à ses extrémités. Un avantage que cette auto pourra mettra à profit pour accroître encore davantage la largeur de sa voie pourtant déjà conséquente pour une engin se revendiquant de l'échelle 1/10ème. Le train avant affichant fièrement quelques 310 millimètres de large ! En revanche, les bras de suspension figent les réglages de géométrie à leur valeur d'origine. Pas question se modifier quoi que ce soit comme l'angle de châsse par exemple. Ce qui permettra au moins aux novices de ne pas se perdre dans la mise au point. On retiendra quand même au passage les deux ancrages qui sont mis à la disposition des biellettes de direction pour modifier l'Ackerman. Et surtout le fait que cette cellule reçoivent des roulements à billes à tous les niveaux. Et en particulier des modèles surdimensionnés au niveau des fusées de roues. Pour le reste, MHDPro est resté dans un certain minimalisme en dotant la transmission de cardans droits. Le support de suspension en plastique injecté fait un peu mieux en proposant 4 ancrages. Quant aux amortisseurs à corps plastiques, ils attirent l'attention sur le fait qu'il soient pourvus de molettes de réglage de tension et de bouchons en aluminium anodisé.


Les trains roulants de ce nouveau buggy, on vous l'a dit, sont super size. Autrement dit, cela nous fait un train avant dont la largeur s'établit à 310 millimètres !


Le support amortisseurs avant délivre 3 fixations d'amortisseurs.


On appréciera doublement le train avant quand on saura que celui-ci dispose de porte fusées réglables sur rotules qui confèrent une très grande liberté à la direction.


Voici un aperçu de la double triangulation qui sévit à l'avant. Les triangles supérieurs mesurent 8,5 centimètres de long.


Grâce aux porte fusées sur rotules, on pourra régler à la fois le carrossage statique des roues, puis la largeur de la voie.


La transmission avant de série adopte des cardans droits à boules goupillées. Sachez que des cardans homocinétiques sont d'ores et déjà disponibles en option.


Les triangles inférieurs de l'auto sont encore plus longs d'un demi centimètre. Même aux termes de plus de 2 heures d'essai non stop dans des conditions abominables, nous ne sommes pas parvenus à les casser.


Les gros pneumatiques rendent le train avant sous vireur à haute vitesse. Encore un plus pour la stabilité et la prise en mains.

Train arrière
Celui-ci fait état d'une double triangulation absolument identique à celle de son homologue avant. Idem en ce qui concerne les porte fusées qui demeurent sur rotules. Ce qui fera le bonheur des débutants au budgets serrés. Ceux-ci n'auront par conséquent pas à prévoir une palanquée de bras de suspension en rechange. Au chapitre de ce qui ne change pas, le support de suspension a également été cloné sur le modèle avant, avec toujours 4 fixations pour modifier la position des amortisseurs. En revanche, cette cellule voit apparaître deux biellettes à pas inversés logées entre le carter et ses porte fusées, de façon à pouvoir modifier le pincement des roues. De quoi renforcer la stabilité du châssis à haute vitesse quand le terrain l'exigera. Des cardans droits à boules goupillées restant par ailleurs d'actualité ici.


Le train arrière est livré sans barre antiroulis. Mais il s'en passe allègrement du fait de sa largeur de voie hors norme pour un véhicule de cette échelle.


Le support arrière est en nylon injecté. Il mesure 9 mm d'épaisseur. Rien à craindre donc de ce côté là.

Pièce jointe 18748
Les amortisseurs sont identiques au sein des deux cellules. Leurs corps sont plastiques, mais leurs bouchons respectifs et leurs molettes de réglage en aluminium.


Les biellettes de pincement sont situées de chaque côté du carter de la cellule.


Des porte fusées sur rotules sont également d'actualité à l'arrière de l'auto.


La transmission conserve des cardans droits à boules goupillées.

Electronique
Le Winner BX est équipé d'un gros moteur brushless de 3300 Kv. Le refroidissement de ce dernier se voyant ici légèrement optimisé par la présence d'un radiateur en aluminium anodisé installé d'origine en périphérie. Ce moteur voit ses câblages et ses différents raccords déjà finalisés. Son pignon de sortie vient attaquer une couronne centrale en nylon injecté. Ce binôme de transmission restant protégé par un carter. Un variateur de 45 Ampères jouera le rôle du bon compagnon de voyage. A ce propos, attention à bien respecter les prescriptions d'usage si vous optez pour la version brushed de cette auto. Autrement dit, celle encore moins onéreuse qui est équipée d'un moteur à charbons. Car dans ce cas, le système d'origine ne tolèrera pas plus de 30 C en décharge sur l'accu Li-Po d'alimentation. Pensez-y, sinon, c'est la casse assurée à ce niveau. A moins bien entendu de remplacer le variateur monté en série. Pour finir, le Winner BX est livré avec un accu Li-Po 2S Maxcell de 7,4 v en 30C. C'est du reste une constance, que vous choisissiez la version BL de l'auto en brushless, ou la version brushed à charbons. Un nouveau modèle extra plat, donc plus léger que les Li-Po traditionnels, qui se trouve câblé en prise Dean en sortie.


Les 3 versions brushless de l'auto (Winner BX, ST et MT) reçoivent un moteur de 3300 Kv.


Un radiateur escamotable en aluminium anodisé veille au bon refroidissement du moteur.


Le condensateur est fixé au double face sur la patine de renfort du châssis.


Le variateur brushless d'origine est un modèle de 45 Ampères qui impose l'usage d'un accu Li-Po bénéficiant d'un taux de décharge maximum de 30C.

Pièce jointe 18750
Le pack d'accus d'origine est un Li-Po 2S extra plat de 7,4 volts. C'est ce même pack qui a été logé à bord de chacune des versions brushed ou brushless de cette série Winner.


Le compartiment à accus est prévu pour accueillir un accu Li-Po 2S.


Le servo de direction dispose d'un radiateur en aluminium.


Un pignon métallique se distingue en sortie de servo.


Le moteur, le récepteur et le servo de direction sont réunis sur le côté gauche du châssis.

Pièce jointe 18749
Le 3ème différentiel central sert de support à la couronne principale. Cette dernière est en nylon, mais elle est protégée par ce carter plastique.

Test
Premier constat : cet engin n'a pas besoin de grands espaces pour pouvoir donner toute sa plénitude une fois en action. Deuxième constat : cette auto est solide en dépit des quelques a priori que nous pouvions avoir au départ, de par sa constitution plastique de série. Pour preuve, entre le test dont nous vous livrons le récit aujourd'hui et la vidéo qui fût tournée le lendemain, notre Winner BX aura fonctionné durant plus de 2 heures non stop en enchaînant pack sur pack sans laisser le temps au moteur et au variateur de refroidir, sans connaître la moindre casse. Et autant préciser aussi que nous n'avons pas épargné le châssis en l'amenant sur des terrains arides et rocailleux. Nous avons également effectué de nombreux sauts, parfois sanctionnés de quelques ratés, sans que cela ne vienne stopper l'auto dans ses élans. Mais revenons au sujet principal. Les premiers coups d’accélérateur font bondir la machine dans une accélération vivace, mais qui demeure néanmoins contrôlée. Le moteur brushless et son package de série donnent un bon petit coup de boost dès le départ arrêté et emmènent l'auto à des allures correctes. Rien de phénoménal malgré tout, car le tandem joue plutôt la carte d'un ressenti progressif. Ce que les jeunes pilotes en herbe apprécieront sûrement.



Dans les parties lentes, le Winner BX enroule gentiment en attendant que l’on soude franchement sa gâchette. Et le bougre aime être maltraité ! Le buggy super size enchaîne alors les accélérations sans mollir et parvient à passer toute la motricité au sol dans un jet de poussière évocateur du punch dont la mécanique est capable de faire preuve dans les relances. Grisant ! Et ce qui est également certain, c'est que le troisième différentiel placé au centre de la transmission réussit à préserver la tenue de route du véhicule, même lorsque celui-ci atteint sa vitesse finale. En résumé, pas besoin de mouiller la chemise pour tenir le rythme. Bien entendu, comme l'on s'y attendait, la stabilité est le sentiment qui prédomine durant l’essai. C'est sûr que les voies larges y sont pour quelque chose. Aussi, quel que soit le rythme adopté, le Winner BX Team conserve une assise quasi parfaite qui pousse à solliciter toute la puissance disponible dès que le terrain s’y prête. Sur les franchissements de bosses, le buggy aura un peu tendance à planter de l'avant compte tenu de sa répartition des masses plutôt concentrée sur l'arrière. La parade sera trouvée en accentuant un peu la tension des ressorts de suspension avant, et en apprenant à doser, cela va de soi !



Conclusion
Le Winner BX est le genre de buggy que nous serons peinés de devoir rendre à son importateur. Dans sa configuration de série, la voiture est très facile à piloter. Elle pourrait supporter encore davantage de puissance. Ce à quoi l'on pourra peut être remédier par la suite en recourant aux deux kits combo qui sont mis à sa disposition par le fabricant. Le premier d'entre-eux comporte un variateur de 60 Ampères qui permet d'utiliser le moteur avec un accu de 4000 mA en 35C. Le second, un variateur de 80 Ampères qui boostera les performances générales et l'autonomie, grâce à l'adjonction d'un pack d'accus Li-Po de 5600mA en 50C. De quoi redécouvrir l'engin sous un autre jour !

Les plus
_ Voiture très stable
_ Pack complet vraiment RTR
_ Servo à pignon métal

Les moins
_ Cardans droits à boules goupillées à l'avant
_ Graisse des différentiels trop souple

Fiche technique
Marque : MHDPro
Modèle : Winner BX
Distributeur : Scientific/MHD
Usage : Loisir
Propulsion : Electrique
Moteur : Brushless MHDPro 3300 Kv
Contrôleur : 45 Ampères MHDPro
Accu : Maxcell 3300 mA 30C
Echelle : 1/10ème (super size)
Châssis : Plaque en nylon fibré de 3 mm d'épaisseur
Transmission : 4 x 4 par cardans, sur roulements à billes dans les fusées.
Différentiel : x 3 à pignons coniques
Radio : MHD 3S à volant en 2,4 Ghz
Présentation : RTR

En savoir plus

nouveau winner bx signé mhdpro. tt 1/10 électrique supersize disponible en version brushed ou brushless.

MHDPro Winner BX
Modélisme brushless : mhdpro, winnerbx, #z5900007,

Paramètre parmi tant d'autres intégré à la géométrie d'une auto, la largeur peut influencer de manière significative la tenue de route de celle-ci. Le principe de base qui prévaut ici étant que plus c'est large, mieux c'est !

Présentation
Avec les buggies " Winner ", MHDPro présente au grand public une série " super size "entièrement nouvelle qui est déclinée en 3 versions. Le Winner ST qui est un truggy, le Winner MT qui n'est autre qu'un monster truck équipé de grosses roues, puis le Winner BX qui caractérise la version buggy de cette trilogie. C'est l'auto que nous vous proposons de découvrir dans cet essai. Pour info, ces trois plateformes sont livrées pré montées en compagnie d'un émetteur MHD3S à volant en 2,4 Ghz et d'un mini chargeur Ultimate Pro3 MHD qui délivre 1,6 Ampère en sortie. Elles reprennent une base mécanique commune et un châssis en nylon chargé de fibres composites conçu en une seule et unique partie. Un modèle à bords relevés de 3 mm d'épaisseur dont la partie avant a néanmoins été pliée sous la cellule avant, comme sur un modèle en aluminium. Les trois autos différent en revanche au niveau de leurs pneumatiques respectifs. La version monster truck héritant de modèles de 12 mm de diamètre. Les versions truggy et buggy étant pour leur part équipées de profils similaires à picots. Ces derniers se distinguent par leur largeur importante de bande de roulement de près de 5,5 centimètres de large, et par leur diamètre qui s'établit à 105 mm ! Les carrosseries des trois voitures varieront également en fonction des versions, mais aussi des motorisations retenues. Chaque auto étant disponible, soit accompagnée d'un moteur brushed 550 à charbons, soit d'un moteur brushless de 3300 kV.


La carrosserie de la version Winner BX brushless est de type " front cab ".


Voici à quoi ressemble la version Winner ST truggy.


Le Winner ST truggy est également disponible en 2 versions brushed ou brushless RTR.


Les versions brushed de ces 3 autos sont équipées de moteurs à charbons 550 avec cage ventilée et radiateur de refroidissement.


Ci dessus, la version monster truck rebaptisée pour la circonstance Winner MT.


Le Winner MT possède également une garde au sol accrue. Soit 3 cm de plus que celle de la version BX buggy à l'avant ,et près de 2 centimètres supplémentaires à l'arrière.


La version monster truck bénéficie de pneus plus imposants dont le diamètre grimpe à 12 cm.


Le Winner BX MHDPro est disponible en deux versions brushed ou brushless.


Le Winner BX est livrée pré monté et quasi prêt à rouler en compagnie d'un émetteur, puis d'un accu Li-Po et d'un petit chargeur. Cette auto dispose de voies hyper larges et d'une transmission 4 x 4.


Ces 3 voitures de la série Winner sont livrées chacune avec un émetteur MHD 3S à volant en 2,4 Ghz.


La radio met à votre disposition les réglages indispensables.


Cette radio est alimentée par un accu extra plat très moderne de 3,7 volts.


Le châssis est constitué d'une plaque en matériau composites à bords relevés. Celui-ci est plié sous la cellule avant.


Le châssis est largement ventilé, tant sous les accus que sous l'emplacement du moteur.


La version BX buggy comporte des pneus moussés à picots de 5,5 cm de largeur et de 105 mm de diamètre.

Train avant
Le Winner BX MHDPro comporte un train avant muni d'une double triangulation équipée de porte fusées sur rotules à ses extrémités. Un avantage que cette auto pourra mettra à profit pour accroître encore davantage la largeur de sa voie pourtant déjà conséquente pour une engin se revendiquant de l'échelle 1/10ème. Le train avant affichant fièrement quelques 310 millimètres de large ! En revanche, les bras de suspension figent les réglages de géométrie à leur valeur d'origine. Pas question se modifier quoi que ce soit comme l'angle de châsse par exemple. Ce qui permettra au moins aux novices de ne pas se perdre dans la mise au point. On retiendra quand même au passage les deux ancrages qui sont mis à la disposition des biellettes de direction pour modifier l'Ackerman. Et surtout le fait que cette cellule reçoivent des roulements à billes à tous les niveaux. Et en particulier des modèles surdimensionnés au niveau des fusées de roues. Pour le reste, MHDPro est resté dans un certain minimalisme en dotant la transmission de cardans droits. Le support de suspension en plastique injecté fait un peu mieux en proposant 4 ancrages. Quant aux amortisseurs à corps plastiques, ils attirent l'attention sur le fait qu'il soient pourvus de molettes de réglage de tension et de bouchons en aluminium anodisé.


Les trains roulants de ce nouveau buggy, on vous l'a dit, sont super size. Autrement dit, cela nous fait un train avant dont la largeur s'établit à 310 millimètres !


Le support amortisseurs avant délivre 3 fixations d'amortisseurs.


On appréciera doublement le train avant quand on saura que celui-ci dispose de porte fusées réglables sur rotules qui confèrent une très grande liberté à la direction.


Voici un aperçu de la double triangulation qui sévit à l'avant. Les triangles supérieurs mesurent 8,5 centimètres de long.


Grâce aux porte fusées sur rotules, on pourra régler à la fois le carrossage statique des roues, puis la largeur de la voie.


La transmission avant de série adopte des cardans droits à boules goupillées. Sachez que des cardans homocinétiques sont d'ores et déjà disponibles en option.


Les triangles inférieurs de l'auto sont encore plus longs d'un demi centimètre. Même aux termes de plus de 2 heures d'essai non stop dans des conditions abominables, nous ne sommes pas parvenus à les casser.


Les gros pneumatiques rendent le train avant sous vireur à haute vitesse. Encore un plus pour la stabilité et la prise en mains.

Train arrière
Celui-ci fait état d'une double triangulation absolument identique à celle de son homologue avant. Idem en ce qui concerne les porte fusées qui demeurent sur rotules. Ce qui fera le bonheur des débutants au budgets serrés. Ceux-ci n'auront par conséquent pas à prévoir une palanquée de bras de suspension en rechange. Au chapitre de ce qui ne change pas, le support de suspension a également été cloné sur le modèle avant, avec toujours 4 fixations pour modifier la position des amortisseurs. En revanche, cette cellule voit apparaître deux biellettes à pas inversés logées entre le carter et ses porte fusées, de façon à pouvoir modifier le pincement des roues. De quoi renforcer la stabilité du châssis à haute vitesse quand le terrain l'exigera. Des cardans droits à boules goupillées restant par ailleurs d'actualité ici.


Le train arrière est livré sans barre antiroulis. Mais il s'en passe allègrement du fait de sa largeur de voie hors norme pour un véhicule de cette échelle.


Le support arrière est en nylon injecté. Il mesure 9 mm d'épaisseur. Rien à craindre donc de ce côté là.

Pièce jointe 18748
Les amortisseurs sont identiques au sein des deux cellules. Leurs corps sont plastiques, mais leurs bouchons respectifs et leurs molettes de réglage en aluminium.


Les biellettes de pincement sont situées de chaque côté du carter de la cellule.


Des porte fusées sur rotules sont également d'actualité à l'arrière de l'auto.


La transmission conserve des cardans droits à boules goupillées.

Electronique
Le Winner BX est équipé d'un gros moteur brushless de 3300 Kv. Le refroidissement de ce dernier se voyant ici légèrement optimisé par la présence d'un radiateur en aluminium anodisé installé d'origine en périphérie. Ce moteur voit ses câblages et ses différents raccords déjà finalisés. Son pignon de sortie vient attaquer une couronne centrale en nylon injecté. Ce binôme de transmission restant protégé par un carter. Un variateur de 45 Ampères jouera le rôle du bon compagnon de voyage. A ce propos, attention à bien respecter les prescriptions d'usage si vous optez pour la version brushed de cette auto. Autrement dit, celle encore moins onéreuse qui est équipée d'un moteur à charbons. Car dans ce cas, le système d'origine ne tolèrera pas plus de 30 C en décharge sur l'accu Li-Po d'alimentation. Pensez-y, sinon, c'est la casse assurée à ce niveau. A moins bien entendu de remplacer le variateur monté en série. Pour finir, le Winner BX est livré avec un accu Li-Po 2S Maxcell de 7,4 v en 30C. C'est du reste une constance, que vous choisissiez la version BL de l'auto en brushless, ou la version brushed à charbons. Un nouveau modèle extra plat, donc plus léger que les Li-Po traditionnels, qui se trouve câblé en prise Dean en sortie.


Les 3 versions brushless de l'auto (Winner BX, ST et MT) reçoivent un moteur de 3300 Kv.


Un radiateur escamotable en aluminium anodisé veille au bon refroidissement du moteur.


Le condensateur est fixé au double face sur la patine de renfort du châssis.


Le variateur brushless d'origine est un modèle de 45 Ampères qui impose l'usage d'un accu Li-Po bénéficiant d'un taux de décharge maximum de 30C.

Pièce jointe 18750
Le pack d'accus d'origine est un Li-Po 2S extra plat de 7,4 volts. C'est ce même pack qui a été logé à bord de chacune des versions brushed ou brushless de cette série Winner.


Le compartiment à accus est prévu pour accueillir un accu Li-Po 2S.


Le servo de direction dispose d'un radiateur en aluminium.


Un pignon métallique se distingue en sortie de servo.


Le moteur, le récepteur et le servo de direction sont réunis sur le côté gauche du châssis.

Pièce jointe 18749
Le 3ème différentiel central sert de support à la couronne principale. Cette dernière est en nylon, mais elle est protégée par ce carter plastique.

Test
Premier constat : cet engin n'a pas besoin de grands espaces pour pouvoir donner toute sa plénitude une fois en action. Deuxième constat : cette auto est solide en dépit des quelques a priori que nous pouvions avoir au départ, de par sa constitution plastique de série. Pour preuve, entre le test dont nous vous livrons le récit aujourd'hui et la vidéo qui fût tournée le lendemain, notre Winner BX aura fonctionné durant plus de 2 heures non stop en enchaînant pack sur pack sans laisser le temps au moteur et au variateur de refroidir, sans connaître la moindre casse. Et autant préciser aussi que nous n'avons pas épargné le châssis en l'amenant sur des terrains arides et rocailleux. Nous avons également effectué de nombreux sauts, parfois sanctionnés de quelques ratés, sans que cela ne vienne stopper l'auto dans ses élans. Mais revenons au sujet principal. Les premiers coups d’accélérateur font bondir la machine dans une accélération vivace, mais qui demeure néanmoins contrôlée. Le moteur brushless et son package de série donnent un bon petit coup de boost dès le départ arrêté et emmènent l'auto à des allures correctes. Rien de phénoménal malgré tout, car le tandem joue plutôt la carte d'un ressenti progressif. Ce que les jeunes pilotes en herbe apprécieront sûrement.



Dans les parties lentes, le Winner BX enroule gentiment en attendant que l’on soude franchement sa gâchette. Et le bougre aime être maltraité ! Le buggy super size enchaîne alors les accélérations sans mollir et parvient à passer toute la motricité au sol dans un jet de poussière évocateur du punch dont la mécanique est capable de faire preuve dans les relances. Grisant ! Et ce qui est également certain, c'est que le troisième différentiel placé au centre de la transmission réussit à préserver la tenue de route du véhicule, même lorsque celui-ci atteint sa vitesse finale. En résumé, pas besoin de mouiller la chemise pour tenir le rythme. Bien entendu, comme l'on s'y attendait, la stabilité est le sentiment qui prédomine durant l’essai. C'est sûr que les voies larges y sont pour quelque chose. Aussi, quel que soit le rythme adopté, le Winner BX Team conserve une assise quasi parfaite qui pousse à solliciter toute la puissance disponible dès que le terrain s’y prête. Sur les franchissements de bosses, le buggy aura un peu tendance à planter de l'avant compte tenu de sa répartition des masses plutôt concentrée sur l'arrière. La parade sera trouvée en accentuant un peu la tension des ressorts de suspension avant, et en apprenant à doser, cela va de soi !



Conclusion
Le Winner BX est le genre de buggy que nous serons peinés de devoir rendre à son importateur. Dans sa configuration de série, la voiture est très facile à piloter. Elle pourrait supporter encore davantage de puissance. Ce à quoi l'on pourra peut être remédier par la suite en recourant aux deux kits combo qui sont mis à sa disposition par le fabricant. Le premier d'entre-eux comporte un variateur de 60 Ampères qui permet d'utiliser le moteur avec un accu de 4000 mA en 35C. Le second, un variateur de 80 Ampères qui boostera les performances générales et l'autonomie, grâce à l'adjonction d'un pack d'accus Li-Po de 5600mA en 50C. De quoi redécouvrir l'engin sous un autre jour !

Les plus
_ Voiture très stable
_ Pack complet vraiment RTR
_ Servo à pignon métal

Les moins
_ Cardans droits à boules goupillées à l'avant
_ Graisse des différentiels trop souple

Fiche technique
Marque : MHDPro
Modèle : Winner BX
Distributeur : Scientific/MHD
Usage : Loisir
Propulsion : Electrique
Moteur : Brushless MHDPro 3300 Kv
Contrôleur : 45 Ampères MHDPro
Accu : Maxcell 3300 mA 30C
Echelle : 1/10ème (super size)
Châssis : Plaque en nylon fibré de 3 mm d'épaisseur
Transmission : 4 x 4 par cardans, sur roulements à billes dans les fusées.
Différentiel : x 3 à pignons coniques
Radio : MHD 3S à volant en 2,4 Ghz
Présentation : RTR

Close