Close

Empattement Ackerman Et Pincement

Nouveau

Les réglages de châssis
Empattement, Ackerman et Pincement.


Voici à présent quelques paramètres de réglage que l’on retrouve encore une fois sur une grande majorité de voitures radio commandées. Fonction, influence sur le comportement routier et pertinence de leur entrée en action. Voici tout ce que vous devez savoir.


L’empattement
Il s’agit là d’un réglage qui n’est pas forcément disponible sur toutes les voitures radio commandées, mais que l’on retrouve quand même sur une grande majorité d’entre-elles, en particulier sur les voitures ciblées compétition. Pour bien comprendre ce que symbolise l’empattement, il faut tout d’abord bien distinguer longueur du véhicule et distance entre les essieux. Une auto possède une longueur dite « hors tout ». C’est celle que l’on obtient en mesurant la distance qui sépare l’extrémité du pare chocs ou de la cellule avant jusqu’à l’arrière du châssis. A la différence de cette valeur obtenue, qui est elle-même tributaire de l’échelle à laquelle est construite l’auto (plus l’échelle est grande, plus la voiture sera longue), l’empattement se différencie quant à lui par la distance qui sépare les essieux avant et arrière.
Pour une mesure précise de l’empattement, la règle qui sévit en la matière veut que l’on effectue la mesure en partant du centre des fusées avant au centre des fusées arrière, d’un même côté du véhicule bien entendu !


empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Selon leur échelle et leur catégorie, les voitures radio commandées peuvent avoir un empattement qui diffère de manière importante. Celui-ci agit directement sur la stabilité du véhicule, en particulier à haute vitesse où dans les parties bosselées d’un terrain ou bien d’un circuit. Sur cette photo, nous apercevons ici des extrêmes en matière d’empattement caractérisés d’un côté par la nouvelle version XL du Savage HPI, puis par le S18 MT LRP, un mini monster à l’échelle 1/18ème qui possède de son côté un empattement des plus réduits.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
L’empattement d’une voiture mesure la distance qui sépare le centre des essieux de celle-ci et non sa longueur totale. Pour avoir une idée précise de ce qu’il représente sur votre auto, vous devez effectuer une mesure en prenant comme référence le centre de la fusée de roue du train arrière jusqu’au centre de la fusée de roue du train avant. Le tout avec les roues avant droites bien entendu, sinon la mesure viendrait à être faussée !

Attention car contrairement à la longueur du véhicule qui demeure en général proportionnelle à l’échelle, l’empattement ne suit pas la même proportion. En clair, cela revient à dire que pour une voiture de même échelle, on peut avoir plusieurs empattements différents plus ou moins longs, avec des écarts impressionnants à la clé.
A quoi sert l’empattement ? Celui-ci fait partie intégrante de la conception même de l’auto. L’empattement sert pour faire simple à rendre votre voiture plus stable. Par la même occasion, de son réglage va dépendre la facilité avec laquelle vous pourrez piloter votre véhicule. Une incidence qui peut se révéler particulièrement profitable en fonction des conditions d’adhérence du terrain sur lequel vous allez évoluer.
Par quels moyens accède t on au réglage ? A ce chapitre, plusieurs cas de figure peuvent se présenter à vous. La manière la plus simple de faire évoluer l’empattement est celle qui consiste à déplacer la fixation des porte fusées arrière de l’auto concernée. Généralement, lorsque cette fonction est proposée, le concepteur de l’auto a prévu une ou plusieurs cales qui vont vous permettre de faire avancer ou bien au contraire de faire reculer les porte fusées arrière de votre auto pour raccourcir ou bien au contraire allonger la distance qui sépare les fusées de cet essieu de celles du train avant. Généralement, on doit démonter les porte fusées arrière, où plutôt l’axe qui les rend solidaire des triangles inférieurs pour accéder à cette mise au point. Le second moyen connu pour intervenir sur l’empattement est celui qui consiste à déplacer la fixation de la cellule arrière toute entière du châssis. Seule condition préalable que ce dernier doit remplir : il doit être équipé à son tour de plusieurs points de fixation offrant la possibilité d’immobiliser la cellule plus en avant ou plus en arrière du véhicule. Il s’agit là d’un réglage qui est le plus souvent l’apanage des voitures électriques.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
On accède le plus souvent au réglage de l’empattement en déplaçant la fixation initiale des porte fusées à l’arrière d’un véhicule. Une cale placée devant ou bien derrière le porte fusée en question permet de raccourcir la valeur pour rendre l’auto plus maniable, ou bien au contraire de l’allonger pour rendre l’auto plus stable.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandéeIntervenir sur l’empattement revient souvent à devoir démonter les porte fusées arrière de son auto en les détachant notamment de leurs axes de fixation qui les retient par les triangles.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Sur certaines autos l’empattement pourra être modifié en déplaçant carrément les quatre vis qui maintiennent en place la cellule arrière sur le châssis en faisant avancer où reculer la cellule selon la conception retenue par le fabricant.

Les meilleures offres aux meilleurs prix chez RC Team. Cliquez sur la bannière pour voir toutes les promos.
Les meilleures offres aux meilleurs prix chez RC Team. Cliquez sur la bannière pour voir toutes les promos.

La troisième possibilité connue pour modifier l’empattement est celle qui consiste à déplacer carrément les triangles inférieurs de l’auto en les faisant coulisser sur leurs axes respectif de soutien. Dans ce cas, on retrouve un système par cales qui se met en place et qui permet de caler les triangles en question pour leur éviter de devenir flottants sur leurs axes respectifs.
Bien entendu, dans tous les cas de réglage de l’empattement, vous aurez compris aussi qu’il est impératif d’effectuer les mêmes modifications de chaque coté du véhicule à chaque fois.
Quand doit-on activer ce réglage ? Quelle est l’incidence sur la conduite du véhicule concerné ? Le fait de vouloir toucher à la valeur d’empattement d’origine est avant tout affaire d’appréciation personnelle et de feeling. C’est aussi à force d’expérience que l’on pourra se pencher sur ce réglage. Concrètement, le fait d’allonger l’empattement revient à donner davantage de stabilité à une auto. Mais comme vous pouvez peut être vous en douter, il existe une contrepartie. Si l’auto devient effectivement plus stable, elle se met aussi à devenir plus paresseuse dans les virages. Autrement dit elle tournera moins. A l’inverse, si vous raccourcissez l’empattement d’un véhicule, celui-ci va devenir immédiatement plus vif et son train avant va avoir tendance à rentrer beaucoup plus facilement à la corde des virages.
Le choix d’intervenir sur l’empattement peut être dicté en fonction de la catégorie qui est pratiquée. En tout terrain par exemple, on aura plutôt tendance à allonger celui-ci sur des terrains glissants où bosselés sur lesquels le châssis à tendance se balader un peu dans tous les sens, et ce afin de privilégier la tenue de cap. Toujours en tout terrain, on pourra en revanche songer à raccourcir l’empattement sur sols humides où la voiture va avoir naturellement moins tendance à engager dans les virages, surtout si l’on ne possède pas les bons pneus adaptés au terrain.
Sur piste, sur le bitume, le bon choix de l’empattement devra plutôt s’effectuer en fonction du profil de la piste sur laquelle on se trouve. Si le circuit comporte un nombre plus important de courbes rapides, voire relevées, il sera sans doute plus judicieux d’opter pour un empattement long qui vous confortera dans votre pilotage. Si vous évoluez en revanche sur un circuit étroit et tortueux, vous devrez opter pour un empattement court pour améliorer la maniabilité du châssis dans toutes ces portions de terrain.


Les meilleures offres aux meilleurs prix chez RC Diffusion. Cliquez sur la bannière pour voir toutes les promos.
Les meilleures offres aux meilleurs prix chez RC Diffusion. Cliquez sur la bannière pour voir toutes les promos.

L’Ackerman
Ce réglage connu des pilotes de compétition mais encore peu maîtrisé par les utilisateurs en loisir permet de modifier à lui seul la réactivité d’une auto en fonction de la position qu’occupent les biellettes de direction. L’Ackerman (ou effet Ackerman) désigne en réalité le braquage différentiel qui est un paramètre établi par les lois de la géométrie. L’Ackerman sert à modifier la réactivité du train avant en entrée de virage. A l’inverse du réglage de châsse, il n’influe pas sur la tenue de route du véhicule en ligne droite et n’enlève pas ou ne rajoute pas de direction au châssis une fois la voiture engagée en virage.
Par quels moyens accède t-on au réglage ?
Il peut se régler de plusieurs façons. Soit en déplaçant la fixation d’origine des biellettes de direction depuis le save servo et de son éventuel renvoi, soit en déplaçant la fixation d’origine des mêmes biellettes, mais depuis les porte fusées cette fois. Bien évidemment, pour pouvoir activer un tel réglage, votre auto doit être effectivement équipée d’une plaque reliant le save servo et son renvoi d’angle qui comprennent au moins deux points de fixation au minimum. Même remarque en ce qui concerne les porte fusées.


empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
L’Ackerman pourra encore varier en fonction de la position occupée par les biellettes de direction sur les porte fusées avant de votre auto. L’effet augmente lorsque les biellettes en question sont avancées vers les fusées de roues comme dans cet exemple. L’auto est alors globalement plus facile en courbe.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
On agit sur l’Ackerman en déplaçant le point de fixation des biellettes de direction au niveau du save servo et du renvoi d’angle de l’auto. Dans cet exemple, les biellettes sont fixées sur le point le plus avancé qui procure un effet Ackerman minimum. Dans cette configuration, votre auto aura tendance à rentrer plus brutalement en virage, allant même jusqu’à légèrement déstabiliser le train arrière. Attention car cela ne veut pas dire pour autant qu’elle va plus tourner !

Incidence sur la conduite ?
Tout d’abord, il faut savoir que l’on augmente l’Ackerman lorsque l’on recule l’ancrage des biellettes de direction depuis le save servo, ou bien, à partir d’un même et unique point fixe du save servo, que l’on rapproche la fixation des biellettes de direction de l’axe des fusées sur les porte fusées. Ce qui a globalement le même effet. Dans ce cas, votre auto aura tendance à se placer plus facilement en entrée de courbe, mais de façon plus progressive également. Ce qui aura pour effet de moins faire glisser son train arrière.
Lorsque l’on avance les biellettes de direction sur le save servo au contraire, ou bien que l’on recule l’ancrage de celles-ci depuis les porte fusées, la voiture va adopter un comportement plus agressif en entrée de courbe. Ce qui ne signifie pas qu’elle va tourner d’avantage, rappelons le encore une fois. Avec un effet Ackerman diminué, le train avant va réagir plus vite aux mouvements exécutés depuis le volant de l’émetteur ou du manche de direction. Mais le comportement va se révéler moins facile et la conduite plus pointue.
Quand doit-on activer ce réglage ?
D’une manière générale, il est plutôt recommandé d’augmenter l’effet Ackerman lorsqu’on va évoluer sur des pistes sèches et glissantes où le sol est naturellement peu accrocheur. Votre auto sera ainsi plus facile à piloter sans qu’elle ne se montre pour autant moins efficace en courbe. Surtout, l’essieu arrière aura tendance à rester davantage soudé à la piste.
Il sera plutôt recommandé de diminuer l’effet Ackerman sur des circuits lents et très tortueux qui réclament pas mal de direction. Une diminution de l’Ackerman entraînant une plus grande mobilité du train arrière, il sera ainsi plus facile de placer l’auto et de s’extraire ensuite des virages.


Le pincement
Nous allons traiter maintenant du paramètre de mise au point sans doute le plus connu et le plus employé sur les voitures radio commandées, car bien peu de modèles en circulation font désormais l’impasse sur celui-ci de nos jours. Il s’agit du pincement, qui symbolise l’angle donné aux roues d’un même essieu. Il peut donc concerner aussi bien les roues du train avant que celles du train arrière, et ce, quel que soit le mode de propulsion de l’auto (4 x 2 ou bien 4 x 4).
Par quels moyens accède t on au réglage ?
A l’avant, on pourra modifier l’angle de pincement des roues en intervenant sur la longueur des biellettes de direction. Un réglage qui s’en trouvera facilité pour peu que les biellettes en question soient équipées de pas inversés. A l’arrière, des biellettes similaires à celles que l’on trouve sur le train avant peuvent aussi servir le réglage. Seule différence par rapport à celles de l’avant, elles sont dans ce cas maintenues en position fixe du côté du carter de la cellule. Toujours sur ce même train, le réglage du pincement peut être mis en pratique par l’intermédiaire de cales graduées de différentes longueurs que l’on vient mettre en place au dos de la cellule. Cette possibilité de réglage fut longtemps l'une des plus utilisées sur les voitures R/C. On parle alors d’un réglage du pincement qui s’effectue en « in board ». Au contraire, les retouches d’angle de pincement des roues pourront aussi être effectuées par l’intermédiaire des porte fusées lorsque l’auto dispose de triangles inférieurs intégrant des rotules à leurs extrémités. On parle alors d’un réglage de pincement qui s’effectue en « out board ». Il existe encore une dernière façon de modifier le pincement des roues à l’arrière qui est celle faisant appel à des inserts gradués. Dans ce cas, les axes qui maintiennent en place les triangles arrière inférieurs sont positionnés sur des inserts plastiques qui permettent de modifier l’orientation des axes au sein de leurs supports respectifs.


empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Pour modifier le pincement d’une auto sans avoir quoi que ce soit à démonter, rien ne vaut les biellettes équipées de pas inversés. Le travail à faire ne consiste alors qu’à prendre une clé plate adaptée, puis à tourner les biellettes de liaison dans le sens désiré.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
A l’arrière, l'une des manières les plus classiques pour modifier le pincement des roues consiste à changer la cale graduée qui retient les axes des triangles inférieurs.


Incidence sur la conduite ?
Distinguons d’abord les deux solutions qui s’offrent à nous en matière de pincement.
Soit l’on met les roues de façon à ce qu’elles convergent entre-elles, et l’on parle alors de pincement négatif. Soit au contraire on met les roues de façon à ce qu’elles divergent entre-elles et l’on parle alors de pincement positif, voire du terme d’ouverture qui revient fréquemment dans le milieu modéliste. Ensuite, il convient de distinguer l’effet apporté par du pincement à l’avant puis à l’arrière.
A l’avant, le fait de mettre du pincement négatif revient à apporter plus de stabilité à l’auto en ligne droite et à la rendre moins directive. A l’inverse, donner de l’ouverture aux roues (ou bien un léger angle de pincement positif) revient à rendre l’auto beaucoup plus instable en ligne droite lors des accélérations, mais va contribuer en revanche à la rendre plus directive à l’approche des courbes.
A l’arrière, mettre du pincement positif aux roues est un cas pratiquement impensable, quel que soit le type d’auto utilisé. Aussi, on ne parlera que de pincement négatif, tout en sachant que plus l’angle donné aux roues augmente, plus la voiture deviendra stable et son train arrière scotché au terrain. Si l’on souhaite obtenir en revanche une voiture qui se place plus facilement en virage, on devra diminuer l’angle de pincement des roues à l’arrière.
Sur sols accrocheur, on devra raisonner à l'inverse. D'une manière générale, trop de pincement (notamment à l'arrière) conduira votre auto à des décrochages assez brutaux. Dans ces conditions, en piste comme en tout terrain, mieux vaudra se contenter de valeurs de pincement relativement modérées pour ne pas avoir une auto inconduisible et trop pointue.


empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Mettre du pincement revient à faire converger les roues d’un même essieu comme ici en négatif. Lorsque cette solution est appliquée au train avant, la voiture devient plus stable en ligne droite mais va en revanche moins tourner en virage.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Lorsque les roues divergent sur le train avant comme c’est le cas ici, on parlera de pincement positif ou plutôt d’ouverture donnée aux roues. La voiture aura alors tendance à mieux se placer en courbe, mais sera en contrepartie un peu moins stable en ligne droite.


Quand doit-on activer ce réglage ?
Tout d’abord, une précision concernant le pincement. Il faut savoir qu’un 4 x 2 nécessitera naturellement plus de pincement à l’avant et surtout à l’arrière qu’un 4 x 4. Pour la simple et bonne raison qu’il ne possède que deux roues motrices. Autre paramètre bon à savoir, il ne faut pas exagérer avec les valeurs de pincement. Sans quoi on risque de se retrouver avec l’effet inverse que celui escompté si l’on dépasse un certain angle limite. Cette remarque demeure particulièrement vraie à l’arrière où un angle de 3 degrés semble constituer le maximum à donner aux roues en 4 x 4, et un angle maxi de 5 à 6 degrés un angle maxi en 4 x 2. Le tout pour un véhicule tout terrain.
Globalement sinon, on donne du pincement aux roues arrière lorsque le terrain glisse et on en enlève lorsque le sol est plus adhérent. A l’avant, on joue surtout sur le pincement pour influencer la directivité de l’auto. Cela revient à opter pour de l’ouverture aux roues sur les pistes courtes, lentes et sinueuses, et pour un léger pincement sur les terrains secs et glissants où la tenue de route apparaît délicate.


empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Ce Monster truck a reçu un bon angle de pincement à l’arrière. Augmenter le pincement à l’arrière équivaut à augmenter la stabilité du véhicule concerné, en particulier sur sol délicats où l’auto aurait sinon tendance à vouloir se dérober.

En savoir plus

Les réglages de châssis
Empattement, Ackerman et Pincement.


Voici à présent quelques paramètres de réglage que l’on retrouve encore une fois sur une grande majorité de voitures radio commandées. Fonction, influence sur le comportement routier et pertinence de leur entrée en action. Voici tout ce que vous devez savoir.


L’empattement
Il s’agit là d’un réglage qui n’est pas forcément disponible sur toutes les voitures radio commandées, mais que l’on retrouve quand même sur une grande majorité d’entre-elles, en particulier sur les voitures ciblées compétition. Pour bien comprendre ce que symbolise l’empattement, il faut tout d’abord bien distinguer longueur du véhicule et distance entre les essieux. Une auto possède une longueur dite « hors tout ». C’est celle que l’on obtient en mesurant la distance qui sépare l’extrémité du pare chocs ou de la cellule avant jusqu’à l’arrière du châssis. A la différence de cette valeur obtenue, qui est elle-même tributaire de l’échelle à laquelle est construite l’auto (plus l’échelle est grande, plus la voiture sera longue), l’empattement se différencie quant à lui par la distance qui sépare les essieux avant et arrière.
Pour une mesure précise de l’empattement, la règle qui sévit en la matière veut que l’on effectue la mesure en partant du centre des fusées avant au centre des fusées arrière, d’un même côté du véhicule bien entendu !


empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Selon leur échelle et leur catégorie, les voitures radio commandées peuvent avoir un empattement qui diffère de manière importante. Celui-ci agit directement sur la stabilité du véhicule, en particulier à haute vitesse où dans les parties bosselées d’un terrain ou bien d’un circuit. Sur cette photo, nous apercevons ici des extrêmes en matière d’empattement caractérisés d’un côté par la nouvelle version XL du Savage HPI, puis par le S18 MT LRP, un mini monster à l’échelle 1/18ème qui possède de son côté un empattement des plus réduits.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
L’empattement d’une voiture mesure la distance qui sépare le centre des essieux de celle-ci et non sa longueur totale. Pour avoir une idée précise de ce qu’il représente sur votre auto, vous devez effectuer une mesure en prenant comme référence le centre de la fusée de roue du train arrière jusqu’au centre de la fusée de roue du train avant. Le tout avec les roues avant droites bien entendu, sinon la mesure viendrait à être faussée !

Attention car contrairement à la longueur du véhicule qui demeure en général proportionnelle à l’échelle, l’empattement ne suit pas la même proportion. En clair, cela revient à dire que pour une voiture de même échelle, on peut avoir plusieurs empattements différents plus ou moins longs, avec des écarts impressionnants à la clé.
A quoi sert l’empattement ? Celui-ci fait partie intégrante de la conception même de l’auto. L’empattement sert pour faire simple à rendre votre voiture plus stable. Par la même occasion, de son réglage va dépendre la facilité avec laquelle vous pourrez piloter votre véhicule. Une incidence qui peut se révéler particulièrement profitable en fonction des conditions d’adhérence du terrain sur lequel vous allez évoluer.
Par quels moyens accède t on au réglage ? A ce chapitre, plusieurs cas de figure peuvent se présenter à vous. La manière la plus simple de faire évoluer l’empattement est celle qui consiste à déplacer la fixation des porte fusées arrière de l’auto concernée. Généralement, lorsque cette fonction est proposée, le concepteur de l’auto a prévu une ou plusieurs cales qui vont vous permettre de faire avancer ou bien au contraire de faire reculer les porte fusées arrière de votre auto pour raccourcir ou bien au contraire allonger la distance qui sépare les fusées de cet essieu de celles du train avant. Généralement, on doit démonter les porte fusées arrière, où plutôt l’axe qui les rend solidaire des triangles inférieurs pour accéder à cette mise au point. Le second moyen connu pour intervenir sur l’empattement est celui qui consiste à déplacer la fixation de la cellule arrière toute entière du châssis. Seule condition préalable que ce dernier doit remplir : il doit être équipé à son tour de plusieurs points de fixation offrant la possibilité d’immobiliser la cellule plus en avant ou plus en arrière du véhicule. Il s’agit là d’un réglage qui est le plus souvent l’apanage des voitures électriques.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
On accède le plus souvent au réglage de l’empattement en déplaçant la fixation initiale des porte fusées à l’arrière d’un véhicule. Une cale placée devant ou bien derrière le porte fusée en question permet de raccourcir la valeur pour rendre l’auto plus maniable, ou bien au contraire de l’allonger pour rendre l’auto plus stable.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandéeIntervenir sur l’empattement revient souvent à devoir démonter les porte fusées arrière de son auto en les détachant notamment de leurs axes de fixation qui les retient par les triangles.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Sur certaines autos l’empattement pourra être modifié en déplaçant carrément les quatre vis qui maintiennent en place la cellule arrière sur le châssis en faisant avancer où reculer la cellule selon la conception retenue par le fabricant.

Les meilleures offres aux meilleurs prix chez RC Team. Cliquez sur la bannière pour voir toutes les promos.
Les meilleures offres aux meilleurs prix chez RC Team. Cliquez sur la bannière pour voir toutes les promos.

La troisième possibilité connue pour modifier l’empattement est celle qui consiste à déplacer carrément les triangles inférieurs de l’auto en les faisant coulisser sur leurs axes respectif de soutien. Dans ce cas, on retrouve un système par cales qui se met en place et qui permet de caler les triangles en question pour leur éviter de devenir flottants sur leurs axes respectifs.
Bien entendu, dans tous les cas de réglage de l’empattement, vous aurez compris aussi qu’il est impératif d’effectuer les mêmes modifications de chaque coté du véhicule à chaque fois.
Quand doit-on activer ce réglage ? Quelle est l’incidence sur la conduite du véhicule concerné ? Le fait de vouloir toucher à la valeur d’empattement d’origine est avant tout affaire d’appréciation personnelle et de feeling. C’est aussi à force d’expérience que l’on pourra se pencher sur ce réglage. Concrètement, le fait d’allonger l’empattement revient à donner davantage de stabilité à une auto. Mais comme vous pouvez peut être vous en douter, il existe une contrepartie. Si l’auto devient effectivement plus stable, elle se met aussi à devenir plus paresseuse dans les virages. Autrement dit elle tournera moins. A l’inverse, si vous raccourcissez l’empattement d’un véhicule, celui-ci va devenir immédiatement plus vif et son train avant va avoir tendance à rentrer beaucoup plus facilement à la corde des virages.
Le choix d’intervenir sur l’empattement peut être dicté en fonction de la catégorie qui est pratiquée. En tout terrain par exemple, on aura plutôt tendance à allonger celui-ci sur des terrains glissants où bosselés sur lesquels le châssis à tendance se balader un peu dans tous les sens, et ce afin de privilégier la tenue de cap. Toujours en tout terrain, on pourra en revanche songer à raccourcir l’empattement sur sols humides où la voiture va avoir naturellement moins tendance à engager dans les virages, surtout si l’on ne possède pas les bons pneus adaptés au terrain.
Sur piste, sur le bitume, le bon choix de l’empattement devra plutôt s’effectuer en fonction du profil de la piste sur laquelle on se trouve. Si le circuit comporte un nombre plus important de courbes rapides, voire relevées, il sera sans doute plus judicieux d’opter pour un empattement long qui vous confortera dans votre pilotage. Si vous évoluez en revanche sur un circuit étroit et tortueux, vous devrez opter pour un empattement court pour améliorer la maniabilité du châssis dans toutes ces portions de terrain.


Les meilleures offres aux meilleurs prix chez RC Diffusion. Cliquez sur la bannière pour voir toutes les promos.
Les meilleures offres aux meilleurs prix chez RC Diffusion. Cliquez sur la bannière pour voir toutes les promos.

L’Ackerman
Ce réglage connu des pilotes de compétition mais encore peu maîtrisé par les utilisateurs en loisir permet de modifier à lui seul la réactivité d’une auto en fonction de la position qu’occupent les biellettes de direction. L’Ackerman (ou effet Ackerman) désigne en réalité le braquage différentiel qui est un paramètre établi par les lois de la géométrie. L’Ackerman sert à modifier la réactivité du train avant en entrée de virage. A l’inverse du réglage de châsse, il n’influe pas sur la tenue de route du véhicule en ligne droite et n’enlève pas ou ne rajoute pas de direction au châssis une fois la voiture engagée en virage.
Par quels moyens accède t-on au réglage ?
Il peut se régler de plusieurs façons. Soit en déplaçant la fixation d’origine des biellettes de direction depuis le save servo et de son éventuel renvoi, soit en déplaçant la fixation d’origine des mêmes biellettes, mais depuis les porte fusées cette fois. Bien évidemment, pour pouvoir activer un tel réglage, votre auto doit être effectivement équipée d’une plaque reliant le save servo et son renvoi d’angle qui comprennent au moins deux points de fixation au minimum. Même remarque en ce qui concerne les porte fusées.


empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
L’Ackerman pourra encore varier en fonction de la position occupée par les biellettes de direction sur les porte fusées avant de votre auto. L’effet augmente lorsque les biellettes en question sont avancées vers les fusées de roues comme dans cet exemple. L’auto est alors globalement plus facile en courbe.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
On agit sur l’Ackerman en déplaçant le point de fixation des biellettes de direction au niveau du save servo et du renvoi d’angle de l’auto. Dans cet exemple, les biellettes sont fixées sur le point le plus avancé qui procure un effet Ackerman minimum. Dans cette configuration, votre auto aura tendance à rentrer plus brutalement en virage, allant même jusqu’à légèrement déstabiliser le train arrière. Attention car cela ne veut pas dire pour autant qu’elle va plus tourner !

Incidence sur la conduite ?
Tout d’abord, il faut savoir que l’on augmente l’Ackerman lorsque l’on recule l’ancrage des biellettes de direction depuis le save servo, ou bien, à partir d’un même et unique point fixe du save servo, que l’on rapproche la fixation des biellettes de direction de l’axe des fusées sur les porte fusées. Ce qui a globalement le même effet. Dans ce cas, votre auto aura tendance à se placer plus facilement en entrée de courbe, mais de façon plus progressive également. Ce qui aura pour effet de moins faire glisser son train arrière.
Lorsque l’on avance les biellettes de direction sur le save servo au contraire, ou bien que l’on recule l’ancrage de celles-ci depuis les porte fusées, la voiture va adopter un comportement plus agressif en entrée de courbe. Ce qui ne signifie pas qu’elle va tourner d’avantage, rappelons le encore une fois. Avec un effet Ackerman diminué, le train avant va réagir plus vite aux mouvements exécutés depuis le volant de l’émetteur ou du manche de direction. Mais le comportement va se révéler moins facile et la conduite plus pointue.
Quand doit-on activer ce réglage ?
D’une manière générale, il est plutôt recommandé d’augmenter l’effet Ackerman lorsqu’on va évoluer sur des pistes sèches et glissantes où le sol est naturellement peu accrocheur. Votre auto sera ainsi plus facile à piloter sans qu’elle ne se montre pour autant moins efficace en courbe. Surtout, l’essieu arrière aura tendance à rester davantage soudé à la piste.
Il sera plutôt recommandé de diminuer l’effet Ackerman sur des circuits lents et très tortueux qui réclament pas mal de direction. Une diminution de l’Ackerman entraînant une plus grande mobilité du train arrière, il sera ainsi plus facile de placer l’auto et de s’extraire ensuite des virages.


Le pincement
Nous allons traiter maintenant du paramètre de mise au point sans doute le plus connu et le plus employé sur les voitures radio commandées, car bien peu de modèles en circulation font désormais l’impasse sur celui-ci de nos jours. Il s’agit du pincement, qui symbolise l’angle donné aux roues d’un même essieu. Il peut donc concerner aussi bien les roues du train avant que celles du train arrière, et ce, quel que soit le mode de propulsion de l’auto (4 x 2 ou bien 4 x 4).
Par quels moyens accède t on au réglage ?
A l’avant, on pourra modifier l’angle de pincement des roues en intervenant sur la longueur des biellettes de direction. Un réglage qui s’en trouvera facilité pour peu que les biellettes en question soient équipées de pas inversés. A l’arrière, des biellettes similaires à celles que l’on trouve sur le train avant peuvent aussi servir le réglage. Seule différence par rapport à celles de l’avant, elles sont dans ce cas maintenues en position fixe du côté du carter de la cellule. Toujours sur ce même train, le réglage du pincement peut être mis en pratique par l’intermédiaire de cales graduées de différentes longueurs que l’on vient mettre en place au dos de la cellule. Cette possibilité de réglage fut longtemps l'une des plus utilisées sur les voitures R/C. On parle alors d’un réglage du pincement qui s’effectue en « in board ». Au contraire, les retouches d’angle de pincement des roues pourront aussi être effectuées par l’intermédiaire des porte fusées lorsque l’auto dispose de triangles inférieurs intégrant des rotules à leurs extrémités. On parle alors d’un réglage de pincement qui s’effectue en « out board ». Il existe encore une dernière façon de modifier le pincement des roues à l’arrière qui est celle faisant appel à des inserts gradués. Dans ce cas, les axes qui maintiennent en place les triangles arrière inférieurs sont positionnés sur des inserts plastiques qui permettent de modifier l’orientation des axes au sein de leurs supports respectifs.


empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Pour modifier le pincement d’une auto sans avoir quoi que ce soit à démonter, rien ne vaut les biellettes équipées de pas inversés. Le travail à faire ne consiste alors qu’à prendre une clé plate adaptée, puis à tourner les biellettes de liaison dans le sens désiré.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
A l’arrière, l'une des manières les plus classiques pour modifier le pincement des roues consiste à changer la cale graduée qui retient les axes des triangles inférieurs.


Incidence sur la conduite ?
Distinguons d’abord les deux solutions qui s’offrent à nous en matière de pincement.
Soit l’on met les roues de façon à ce qu’elles convergent entre-elles, et l’on parle alors de pincement négatif. Soit au contraire on met les roues de façon à ce qu’elles divergent entre-elles et l’on parle alors de pincement positif, voire du terme d’ouverture qui revient fréquemment dans le milieu modéliste. Ensuite, il convient de distinguer l’effet apporté par du pincement à l’avant puis à l’arrière.
A l’avant, le fait de mettre du pincement négatif revient à apporter plus de stabilité à l’auto en ligne droite et à la rendre moins directive. A l’inverse, donner de l’ouverture aux roues (ou bien un léger angle de pincement positif) revient à rendre l’auto beaucoup plus instable en ligne droite lors des accélérations, mais va contribuer en revanche à la rendre plus directive à l’approche des courbes.
A l’arrière, mettre du pincement positif aux roues est un cas pratiquement impensable, quel que soit le type d’auto utilisé. Aussi, on ne parlera que de pincement négatif, tout en sachant que plus l’angle donné aux roues augmente, plus la voiture deviendra stable et son train arrière scotché au terrain. Si l’on souhaite obtenir en revanche une voiture qui se place plus facilement en virage, on devra diminuer l’angle de pincement des roues à l’arrière.
Sur sols accrocheur, on devra raisonner à l'inverse. D'une manière générale, trop de pincement (notamment à l'arrière) conduira votre auto à des décrochages assez brutaux. Dans ces conditions, en piste comme en tout terrain, mieux vaudra se contenter de valeurs de pincement relativement modérées pour ne pas avoir une auto inconduisible et trop pointue.


empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Mettre du pincement revient à faire converger les roues d’un même essieu comme ici en négatif. Lorsque cette solution est appliquée au train avant, la voiture devient plus stable en ligne droite mais va en revanche moins tourner en virage.

empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Lorsque les roues divergent sur le train avant comme c’est le cas ici, on parlera de pincement positif ou plutôt d’ouverture donnée aux roues. La voiture aura alors tendance à mieux se placer en courbe, mais sera en contrepartie un peu moins stable en ligne droite.


Quand doit-on activer ce réglage ?
Tout d’abord, une précision concernant le pincement. Il faut savoir qu’un 4 x 2 nécessitera naturellement plus de pincement à l’avant et surtout à l’arrière qu’un 4 x 4. Pour la simple et bonne raison qu’il ne possède que deux roues motrices. Autre paramètre bon à savoir, il ne faut pas exagérer avec les valeurs de pincement. Sans quoi on risque de se retrouver avec l’effet inverse que celui escompté si l’on dépasse un certain angle limite. Cette remarque demeure particulièrement vraie à l’arrière où un angle de 3 degrés semble constituer le maximum à donner aux roues en 4 x 4, et un angle maxi de 5 à 6 degrés un angle maxi en 4 x 2. Le tout pour un véhicule tout terrain.
Globalement sinon, on donne du pincement aux roues arrière lorsque le terrain glisse et on en enlève lorsque le sol est plus adhérent. A l’avant, on joue surtout sur le pincement pour influencer la directivité de l’auto. Cela revient à opter pour de l’ouverture aux roues sur les pistes courtes, lentes et sinueuses, et pour un léger pincement sur les terrains secs et glissants où la tenue de route apparaît délicate.


empattement, ackerman et pincement sur voiture radio commandée
Ce Monster truck a reçu un bon angle de pincement à l’arrière. Augmenter le pincement à l’arrière équivaut à augmenter la stabilité du véhicule concerné, en particulier sur sol délicats où l’auto aurait sinon tendance à vouloir se dérober.
Close